Agence de Presse Yéménite (SABA)
 Page principale   Chef de la révolution   le président   Locales   Internationale   L‘agression Américain saoudienne   Economie   Le Développement et les initiatives  
فارسي | Español | Deutsch | English | عـربي | RSS Feed
Recherche | Recherche avancé
 
    Locales
Al-Musawa lance un projet d'extension et de réhabilitation des réseaux d'égouts à Al-Hawban
[Jeudi 25 Avril 2024]
Ibb: Lancement de la distribution de ciment pour les initiatives communautaires à Baadan et Hubaysh
[Jeudi 25 Avril 2024]
L'industrie lance la mise en œuvre d'un plan de transformation des usines de jus vers l'utilisation de matières premières locales
[Jeudi 25 Avril 2024]
L'ASGY pleure le départ du chef scout Taher Muhammad Haider
[Jeudi 25 Avril 2024]
Les forces armées ciblent un navire américain, un destroyer et un navire israélien
[Mercredi 24 Avril 2024]
 
    Enquêtes et reportages
Un bilan « choquant et terrifiant » de 200 jours de « génocide » soutenu par les États-Unis et l’Europe à Gaza
[Mardi 23 Avril 2024]
Le veto américain... une malédiction et une honte pour l'histoire moderne et contemporaine de l'Amérique
[Lundi 22 Avril 2024]
Médias occidentaux : indépendance, neutralité et éthique professionnelle « des slogans qui échouent au premier test »
[Dimanche 21 Avril 2024]
En avortant l’adhésion de la Palestine aux Nations Unies, l’Amérique prouve qu’elle est le plus grand ennemi de la paix mondiale
[Dimanche 21 Avril 2024]
Cours d'été au secrétariat de la capitale... premiers préparatifs pour construire une génération armée du Coran
[Vendredi 19 Avril 2024]
 
    L‘agression Américain saoudienne
Un enfant a été tué lorsqu'une bombe laissée par l'agression a explosé dans le district de Sarwah à Ma'rib
[Samedi 20 Avril 2024]
Un citoyen a été tué par un bombardement d'artillerie saoudienne à Munabbih, Saada
[Mardi 16 Avril 2024]
Blessure D'un civil lors d'une frappe aérienne de L'agression américano-britannique à Hodeidah
[Mardi 09 Avril 2024]
L'agression américano-britannique lance un raid sur la direction d'Al-Duraimi à Hodeidah
[Lundi 01 Avril 2024]
Cinq citoyens ont été blessés par une frappe de drone appartenant aux mercenaires de l'agression de Taëz
[Jeudi 28 Mars 2024]
  Enquêtes et reportages
Avec la poursuite de l’agression contre Gaza, l’économie sioniste s’effondre et continue de saigner
Avec la poursuite de l’agression contre Gaza, l’économie sioniste s’effondre et continue de saigner
Avec la poursuite de l’agression contre Gaza, l’économie sioniste s’effondre et continue de saigner
[19/FÈvrier/2024]

SANAA Février 19. 2024 (Saba) - Plus de quatre mois après l'agression sioniste-américaine contre la bande de Gaza, les données officielles confirment que l'économie sioniste s'effondre et continue de saigner gravement, alors que l'ennemi subit de lourdes pertes à tous les niveaux politique, économique, juridique et social, ce qui pourrait l’empêcher de poursuivre son agression brutale pendant une période plus longue.



Dans ce contexte, les données officielles publiées lundi par le Bureau central des statistiques de l’entité intérimaire indiquent qu’à la lumière de la guerre en cours contre Gaza, une contraction majeure s’est produite dans l’économie sioniste.



L'estimation initiale du département, publiée aujourd'hui, indique que l'économie israélienne s'est contractée de 19,4 pour cent sur une base annuelle au dernier trimestre de l'année dernière, par rapport au trimestre précédent, en raison de la guerre dans la bande de Gaza.



L'estimation indique que pour l'ensemble de l'année 2023, l'économie n'a augmenté que de 2 pour cent, contre 6,5 pour cent en 2022, et la consommation personnelle a diminué de 27 pour cent, tandis que la consommation publique a augmenté de 88 pour cent et les investissements ont diminué de 70 pour cent. et les importations ont diminué de 42 pour cent.



Ces données surviennent dix jours après que Moody's a annoncé l'abaissement de la note de crédit des cinq plus grandes banques de l'entité usurpatrice du niveau (A1) au niveau (A2), attribuant la raison de cet abaissement aux répercussions de la guerre à Gaza, qui augmente les risques politiques.



Cette agence réduit chaque semaine la cote de crédit de l’entité usurpatrice, parallèlement à la poursuite de son agression barbare contre Gaza et au milieu d’avertissements selon lesquels l’escalade du conflit avec le Hezbollah augmente la possibilité d’un impact négatif majeur sur l’économie sioniste.



Les médias ennemis sionistes ont décrit ce déclin comme « un autre coup porté à l’aile de l’économie sioniste », soulignant que les dimensions de l’échec économique ont commencé à devenir claires après l’échec sécuritaire.



Face aux coûts financiers croissants de l’agression brutale contre Gaza, l’agence économique Bloomberg a publié un rapport dans lequel elle confirme que l’entité ennemie sioniste se dirige vers l’un des déficits budgétaires les plus importants de ce siècle.



Le rapport indique que « les emprunts ont atteint des niveaux quasi-records, le budget sioniste étant sous pression, les recettes publiques ayant fortement diminué depuis le déclenchement de la guerre à Gaza, et les dépenses augmenteront de l’équivalent de 19 milliards de dollars cette année ».



Un rapport sioniste officiel, publié la semaine dernière, a mis en lumière d’autres aspects de l’impact direct et significatif des opérations navales yéménites sur l’économie de l’ennemi sioniste.



Le rapport révèle que le blocus imposé par le Yémen à l’entité ennemie a causé des dommages à un quart des importations de produits finis et à 21 pour cent des importations de matériaux de production de cette entité, et a mis en danger le commerce sioniste avec un grand nombre de pays de l’Est.



Le rapport indique que la situation en mer Rouge aura des effets à long terme et que l’ennemi sioniste doit procéder à des changements radicaux dans sa politique en matière de chaîne d’approvisionnement.



Selon un rapport publié par le site sioniste (Port to Port), spécialisé dans les affaires de transport, le soi-disant ministère sioniste de l'Économie et de l'Industrie a publié cette semaine un rapport sur la situation économique de l'entité occupante à la lumière de la guerre en cours. .



Le rapport explique que le ministère « s'est principalement concentré dans son examen sur la crise des transports en mer Rouge et a exhorté à planifier pour accroître la flexibilité de l'économie sioniste en ce qui concerne les chaînes d'approvisionnement ».

Le rapport dit : Le ministère estime qu’« environ 16 pour cent des importations totales de l’entité occupante et environ 3 pour cent de ses exportations totales sont confrontés à des problèmes de transport maritime ».



Le rapport explique que « l’interruption de la route maritime dans la mer Rouge affecte l’économie sioniste dans les échanges commerciaux avec l’Asie et l’Océanie (une région géographique qui comprend l’Australie, la Mélanésie, la Micronésie et la Polynésie).



Bloomberg a rapporté que le Comité de politique monétaire de la Banque centrale sioniste a maintenu le taux d'intérêt directeur à 4,75 pour cent pour la troisième réunion consécutive, ce qui était conforme aux attentes de la plupart des analystes dont l'agence a interrogé l'opinion.



Comme l’a déclaré l’économiste en chef du Fonds monétaire international, Pierre-Olivier Gourincha : « Puisque l’économie tourne autour de la politique, tant positivement que négativement, la récente guerre à Gaza a des répercussions sur l’économie sioniste, l’économie palestinienne, les économies environnantes et l'économie internationale... Il est surprenant qu'il y ait presque un silence à ce sujet." Ces dernières années, l'économie mondiale a traversé des chocs successifs, à commencer par le virus Corona et les fermetures, puis la guerre entre la Russie et l'Ukraine, et enfin la dernière guerre, de sorte que l’économie mondiale est devenue boiteuse et ne fonctionne plus, comme l’exige le retour à la reprise.



Il convient de noter que la Banque centrale sioniste a revu à la baisse ses prévisions de croissance économique pour 2024, estimant que la guerre ne durerait pas plus longtemps et n'aurait pas un impact plus important qu'elle ne l'est actuellement. Elle a également alloué 30 milliards de dollars pour soutenir le shekel, la monnaie sioniste. .



L’entité sioniste est entrée en guerre avec une réserve de liquidités de 200 milliards de dollars, et elle est désormais vulnérable à l’hémorragie, car le produit intérieur de l’entité occupante a diminué de 15 pour cent, ce qui est le pourcentage le plus élevé dans l’histoire de l’entité usurpatrice.



Historiquement, il est remarquable que l’économie sioniste soit entrée dans une période de sévère austérité entre 1949 et 1959, et qu’elle ait diminué de 1,4 % en 1967. Elle a vécu ce que certains économistes appellent une « décennie perdue » après la guerre de 1973, puis quelques années de crise. avec la guerre qui s'est étendue au Liban en 1982. Cette crise a atteint son apogée lors de la crise financière de 1983 avec l'effondrement des cours des actions des quatre plus grandes banques de l'entité ennemie, la nationalisation des banques et la fermeture de la Bourse de Tel-Aviv. Échange pendant 18 jours consécutifs, à compter du 6 octobre 1983.



En 1984, l'inflation dans l'entité sioniste a atteint 450 pour cent, et 1 000 pour cent à la fin de 1985. Ensuite, l'économie de l'entité sioniste a retrouvé la cohésion et la croissance grâce au plan de réforme économique, établissant une avancée majeure au début des années 90. surmonter les effets de l'Intifada de la pierre en 1987, résultat de la fuite des cerveaux, des expériences de l'ex-Union soviétique et de l'entrée de dizaines de grandes entreprises technologiques américaines dans l'entité sioniste.



Quant à l'Intifada d'Al-Aqsa en 2000, elle a gravement affecté l'économie sioniste, d'autant plus qu'elle est survenue après l'éclatement de la bulle des sociétés Internet émergentes (dot.com), et que les taux de croissance du produit intérieur brut ont atteint un taux négatif de 5,4 pour cent en 2000. , négatif 15,4 pour cent en 2001 et négatif 9,4,100 en 2002, selon une étude publiée dans la revue Econometric Institute en septembre 2007 concernant l'impact économique de l'Intifada, qui est d'ailleurs supérieur aux chiffres officiels sionistes.



L’économie sioniste a également subi un revers lors de la crise financière internationale de 2008, puis lors de la crise 'du Covid-19' en 2020, comme la plupart des économies occidentales et celles qui se trouvent dans son orbite, et elle a renoué fortement avec la reprise dans les deux cas, jusqu’à ce que le « jugement judiciaire » soit prononcé. Une crise de « réforme » a surgi, dont l’impact économique a été documenté dans le contexte de l’article : « Une campagne médiatique majeure accuse la résistance de négocier les actions des sociétés de l’entité sioniste. »



Jusqu'à ce que la bataille du « déluge d'Al-Aqsa » vienne couler l'entité sioniste militairement, politiquement et économiquement, tandis que l'économie sioniste s'effondrait sous l'impact de la « réforme judiciaire » et de la division politique qui l'accompagnait, dans laquelle les sociétés de technologie et d'information s’est tenu avec une détermination et une détermination farouches contre le gouvernement Netanyahu et son projet politique.



Il convient de mentionner que l’entité ennemie sioniste ne disparaîtra pas immédiatement à la suite de ces pertes, et que l’Occident se précipitera pour la sauver, mais qu’elle recevra des coups économiques très douloureux qui la rapprocheront de sa fin, d’autant plus que l’Occident La bande de Gaza traverse une grave crise économique et la fin de l’entité sioniste se rapprochera chaque fois que la pression populaire arabe et islamique parviendra à couper ses racines. Des percées en matière de normalisation et plus nous soutiendrons la fermeté de Gaza, plus de fronts s’ouvriront.
Sanaa - Saba : Mثrzah Al-Asal
traduit par


A.A.A.



resource : Saba

Whatsapp
Telegram
Print

  more of (Enquêtes et reportages)
Mis a jour le: Jeudi 25 Avril 2024 10:45:54 +0300