Agence de Presse Yéménite (SABA)
 Page principale   Chef de la révolution   le président   Locales   Internationale   L‘agression Américain saoudienne   Economie   Le Développement et les initiatives  
فارسي | Español | Deutsch | English | عـربي | RSS Feed
Recherche | Recherche avancé
 
  Locales
Une réunion dans le quartier de Main du secrétariat de la capitale pour soutenir Déluge d'Al-Aqsa
[Mercredi 28 FÈvrier 2024]
Une source du bureau du leader révolutionnaire nie l'existence de comptes de réseaux sociaux pour le leader révolutionnaire ou son chef de bureau
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Spectacle populaire pour les diplômés des cours « deluge d'Al-Aqsa » à Amran
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Cérémonie à Sana'a pour la publication d'un guide de restauration et de conservation archéologique
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Projet d'installation de système solaire à Dhamar
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
 
  Enquêtes et reportages
Face à la menace de l'ennemi de poursuivre son agression, la résistance le menace avec davantage de messages venant du terrain
[Mercredi 28 FÈvrier 2024]
La position yéménite... un changement qualitatif dans les opérations visant à dissuader les navires et cuirassés américains et britanniques
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
À l’échelle mondiale, la Chine surpasse l’Amérique dans de nombreux domaines après plusieurs décennies de domination de cette dernière.
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
L’agression contre la bande de Gaza : destructions sans précédent, massacres, génocide et impasse
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
L’escalade de l’agression contre le Yémen et la Palestine est l’un des facteurs les plus importants pour mettre fin à l’ère de l’hégémonie américaine
[Lundi 26 FÈvrier 2024]
 
  L‘agression Américain saoudienne
La Chine critique vivement le refus de Washington de sa contribution au commerce mondial
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Crimes de l'agression américano-saoudienne ce jour-là, le 27 février
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Crimes de l'agression américano-saoudienne ce jour-là, le 26 février
[Lundi 26 FÈvrier 2024]
Taiz: Sept citoyens ont été tués et blessés lors des raids de l'agression américano-britannique sur le district de Maqbanah
[Dimanche 25 FÈvrier 2024]
Les crimes de l'agression américano-saoudienne en ce jour du 25 février
[Dimanche 25 FÈvrier 2024]
  Internationale
Centre des droits de l'homme : L'ennemi amène des civils sionistes pour assister à la torture des prisonniers palestiniens
Centre des droits de l'homme : L'ennemi amène des civils sionistes pour assister à la torture des prisonniers palestiniens
Centre des droits de l'homme : L'ennemi amène des civils sionistes pour assister à la torture des prisonniers palestiniens
[13/FÈvrier/2024]

GAZA Février 13.2024 (Saba) - L'Observatoire euro-méditerranéen des droits de l'homme a révélé hier que l'armée ennemie sioniste a amené des civils sionistes dans les centres et prisons qu'elle utilise pour détenir des prisonniers palestiniens et des détenus de la bande de Gaza dans le but de leur permettre d'être témoins et de suivre les crimes de torture. contre eux, alors que beaucoup d’entre eux ont été autorisés à les filmer avec leur propre téléphone.



L'Observatoire Euro-Méditerranéen a reçu des témoignages choquants de prisonniers et détenus palestiniens récemment libérés, dans lesquels ils ont rapporté que l'armée ennemie avait convoqué un certain nombre de civils israéliens lors de leurs interrogatoires pour être témoins des types de torture et de traitements inhumains auxquels ils étaient soumis. l'armée a délibérément pratiqué en leur présence.



Les prisonniers et détenus ont été détenus pendant des périodes variables dans un centre de détention de la zone de « Zikim », à la frontière nord de la bande de Gaza, et dans un autre affilié à la prison « Naqab », dans le sud d'Israël, après avoir été arrêtés lors d'incursions terrestres par des forces israéliennes. forces armées dans la bande de Gaza.



Les détenus libérés ont déclaré à Euro-Med que les soldats israéliens les ont délibérément présentés devant des civils israéliens et ont affirmé qu'ils étaient des combattants affiliés à des factions palestiniennes, et qu'ils ont participé à l'attaque contre les villes israéliennes adjacentes à la bande de Gaza le 7 octobre 2023. .



L'Observatoire euro-méditerranéen a expliqué que, selon les témoignages qu'il a reçus, des groupes de civils israéliens, le nombre dans chaque groupe allant de dix à 20 personnes, étaient autorisés à regarder et à photographier des prisonniers et détenus palestiniens nus pendant que les soldats de l'armée israélienne les frappaient avec des coups de poing. des matraques métalliques et des bâtons électriques, et les a aspergés d'eau chaude sur la tête, parallèlement à des insultes, des insultes verbales et des menaces à l'encontre des détenus en arabe.



Euro-Med a déclaré que c'est la première fois que ces pratiques illégales sont révélées en pratiquant des tortures devant des civils israéliens et en leur permettant de les documenter avec leurs téléphones tout en riant, ajoutant ainsi un nouveau crime à tous les crimes commis par l'armée israélienne contre les Palestiniens dans la bande de Gaza, en particulier contre les prisonniers et détenus. Parmi eux, ils sont soumis à des arrestations arbitraires, à des disparitions forcées, au refus d'un procès équitable et à des tortures brutales.



Le Palestinien Omar Abu Mudallala (43 ans) a déclaré à l'équipe Euro-Med : « J'ai été arrêté au poste de contrôle installé près du rond-point du Koweït, qui sépare la ville de Gaza de la région centrale, dans le cadre d'une campagne d'arrestations aléatoires menée " La détention a duré environ 52 jours. Soulignant que les soldats israéliens « ont amené des civils pour assister nus à notre torture ».



« Abu Mudallala » a ajouté : « L'armée israélienne a amené un certain nombre de civils israéliens dans nos centres de détention pendant qu'ils nous frappaient et leur disait : « Ce sont des terroristes du Hamas qui vous ont tué et violé vos femmes le 7 octobre », tandis que Les civils israéliens filmaient sur leurs téléphones portables les passages à tabac, les abus et les tortures que nous subissions. » Ils se moquaient de nous. »



Il a poursuivi : « Cela s'est produit cinq fois pendant ma détention, une fois à Barkasat Zikim, et nous avions les yeux bandés, mais l'un des détenus qui parlait hébreu nous a informés que les soldats parlaient à des civils israéliens et affirmaient que nous étions des combattants qui avaient été arrêtés. , alors que la même chose s'est produite quatre autres fois. " Dans le centre de détention du Néguev, des groupes successifs d'Israéliens ont été amenés dans des tentes pour assister à nos tortures et filmer les pratiques auxquelles nous étions soumis par les soldats, sans qu'il y ait aucune réaction verbale ou physique. contact entre nous et eux. Je les ai observés de mes propres yeux à quatre reprises parce que nous n'avions pas les yeux bandés à ce moment-là.



"Abu Mudallala" a déclaré que "l'un des détenus qui parlait hébreu a essayé d'expliquer aux civils israéliens que nous sommes des civils et que nous n'avons rien à voir avec des activités militaires, mais cela n'a pas aidé non plus", soulignant qu'il a été soumis à des violences. de graves tortures psychologiques et physiques, « mais il a amené des civils israéliens à documenter les scènes de torture. » « Que des soldats de l’armée prétendent que nous avons tué et violé leurs proches était différent et honteux. »



Le citoyen D.H. (42 ans) a également déclaré à Euro-Med : « Pendant ma période de détention, des civils israéliens ont été amenés à témoigner des abus et des tortures que nous avons subis, et que l'armée a délibérément déclenchés alors qu'ils étaient présents, et ces Israéliens ils amenaient parfois leurs chiens avec eux pour aboyer. » Sur nous, ils nous photographiaient avec leur propre téléphone via des applications de réseaux sociaux, notamment « TikTok », et les soldats eux-mêmes faisaient la même chose et nous photographiaient via « TikTok ».



L'Observatoire euro-méditerranéen a été surpris par l'incohérence de l'affirmation de l'armée israélienne selon laquelle les civils palestiniens arrêtés et torturés en présence de groupes civils israéliens étaient des combattants ayant participé à l'attaque du 7 octobre dernier, avec leur libération ultérieure, ce qui confirme que l'histoire israélienne est fausse et incorrecte, et qu'elle a été utilisée pour se venger des civils, des Palestiniens et attaquer leur dignité par tous les moyens.



L'Observatoire euro-méditerranéen a confirmé que les crimes de torture et de traitements inhumains pratiqués par l'armée israélienne contre les prisonniers et détenus palestiniens sont considérés comme des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité conformément au Statut de Rome, et que le comportement de l'armée israélienne en transformant ces transformer ces pratiques en scènes de divertissement pour les civils israéliens, et les photographier implique une grave atteinte à la dignité de ces personnes et leur infliger un traitement humiliant et dégradant, ce qui constitue en soi un crime de guerre.

Euro-Med met en garde contre les conséquences du fait de forcer des civils israéliens à se rendre dans des centres d'arrestation et de détention, de montrer des détenus palestiniens devant eux pendant la torture et de les laisser utiliser leurs téléphones personnels pour documenter ces pratiques inhumaines, car il s'agit d'une approche de représailles, relève de la Le cadre de fausse promotion d’un récit israélien, perpétue un état d’extrémisme, alimente la haine et enflamme l’opinion interne israélienne vers la commission de crimes. Encore plus de crimes et de violations contre les Palestiniens.



Il a souligné que la grande majorité des personnes arrêtées dans la bande de Gaza sont soumises à une détention arbitraire sans être inculpées ni traduites en justice, et qu'aucune mesure légale n'a été prise à leur encontre, alors qu'elles se voient refuser un procès équitable et sont soumises à une disparition forcée. , la torture et les traitements inhumains, appelant le Comité international de la Croix-Rouge à inspecter les centres de détention et les prisons des prisonniers et détenus palestiniens, à enquêter sur les violations et les crimes horribles dont ils sont victimes et à s'efforcer de révéler immédiatement leur sort.



L'Observatoire euro-méditerranéen a confirmé que les pratiques israéliennes contre les détenus palestiniens constituent une violation flagrante des conventions et normes internationales, en particulier de la Quatrième Convention de Genève de 1949, y compris l'interdiction pour l'autorité occupante de transférer des prisonniers du territoire occupé vers des centres de détention sur son territoire, ou les faire disparaître de force, ou les torturer, ou attaquer leur dignité, ou les traiter d'une manière qui dégrade leur dignité humaine.



A.A.A.



resource : Saba

Whatsapp
Telegram
Print

  more of (Internationale)
Mis a jour le: Mercredi 28 FÈvrier 2024 08:31:19 +0300