Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche
"Amnesty International" : Les ‘saoudiens’ et les ‘Emirats Arabes Unis’ Violent d'une manière Flagrante  des droits de l'homme

"Amnesty International" : Les ‘saoudiens’ et les ‘Emirats Arabes Unis’ Violent d'une manière Flagrante  des droits de l'homme

[Mercredi 04 Ao˚t 2021]

SANAA, 4 Août (Saba) - Les autorités ‘saoudiennes’ ont manifestement intensifié la persécution des défenseurs des droits humains et des opposants et intensifié les exécutions au cours des six derniers mois, selon Amnesty International, tandis que les autorités des ‘Émirats arabes unis’ ont continué d'interdire l'opposition politique chez eux et de détenir des prisonniers à cause de cela, et ont poursuivi leurs graves violations des droits de l'homme au Yémen...

 

L'organisation basée à Londres a expliqué que les autorités "saoudiennes"ont intensifié de manière flagrante la persécution des défenseurs des droits humains et des dissidents et intensifié les exécutions au cours des six derniers mois".

 

« À peine les projecteurs ont-ils disparu de l'Arabie saoudite que le sommet du G20 a pris fin lorsque les autorités ont recommencé à poursuivre sans relâche les personnes qui avaient librement exprimé leurs opinions ou critiqué le gouvernement », a déclaré Lynn Maalouf, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International.

 

L'organisation a déclaré dans un rapport publié aujourd'hui, mardi, que depuis que l'Arabie ‘saoudite’ a remis la présidence du Groupe des Vingt (fin novembre 2020), les autorités ont poursuivi au moins 13 personnes, prononcé des peines ou ratifié des peines à leur encontre, à la suite de "procès extrêmement inéquitables" par le tribunal pénal spécialisé.

 

Le rapport indique qu'au cours de l'année 2020, les exécutions enregistrées en Arabie ‘saoudite’ ont diminué de 85%. ."

 

Il a poursuivi : "Au moins 40 personnes ont été exécutées entre janvier et juillet 2021 - tandis que plus de 27 ont été exécutées sur l'ensemble de l'année 2020."

 

Le rapport note que « même les défenseurs des droits humains qui ont été libérés de détention continuent de faire face à des interdictions de voyager imposées par la justice et à des interdictions sur les réseaux sociaux ».

 

L'organisation a déclaré qu'au cours du premier semestre de l'année, des personnes ont été condamnées à de nombreuses années de prison, jusqu'à 20 ans, pour avoir publié des opinions satiriques ou des critiques des politiques gouvernementales sur Internet.

 

Selon les recherches d'Amnesty International, au moins 39 personnes sont actuellement derrière les barreaux en raison de leur activisme ou de leur travail dans le domaine des droits humains, ou pour avoir exprimé leur dissidence en Arabie ‘saoudite’.

 

Alors qu'Amnesty International a déclaré dans son rapport que les ‘Émirats arabes unis’ avaient annoncé en février 2020 l'achèvement de leur "retrait militaire progressif" du Yémen après cinq ans de participation à la direction de la coalition dans le conflit armé... des armes et du matériel militaire aux milices au Yémen.

 

Le rapport de l'organisation ne mentionne pas les prisons et les centres de détention gérés par les ‘Émirats arabes unis’ au Yémen, où des centaines d'opposants sont détenus, en raison de son ingérence dans les affaires yéménites, de sa présence militaire dans le pays et de son contrôle sur la plupart des ports et îles yéménites.

 

"Des dizaines de rapports sur les droits de l'homme récemment publiés ont révélé les violations des ‘ÉAU’ au Yémen et ont fait la lumière sur les prisons secrètes d'Abou Dhabi dans les régions occupées du sud, l'étendue des souffrances des détenus et les violations qui se produisent à leur encontre, au milieu de souffrances continues depuis des années, selon le rapport.

 

"En Libye, le gouvernement des ‘Émirats arabes unis’ a fourni des armes à l'armée nationale libyenne autoproclamée, en violation de l'embargo de l'ONU, et a utilisé des drones militaires dans l'espace aérien libyen, tuant dans certains cas des personnes non directement impliquées dans les hostilités," a-t-elle ajouté.

 

'Amnesty International' a déclaré que les autorités des ‘Émirats arabes unis’ continuaient d'interdire la dissidence politique et de détenir des prisonniers pour cette dissidence.

 

Dans son rapport, elle a indiqué que des dizaines d'Emiratis continuaient de purger des peines de prison dans l'affaire « UAE-94 », un procès de masse de 94 accusés qui s'est terminé en 2013 et au cours duquel 69 personnes ont été condamnées pour avoir cherché à changer de régime. En février 2020,

 

« Au moins 10 personnes ont continué d'être détenues arbitrairement après avoir purgé leur peine de prison, » selon le rapport.

 

« Plus de 25 prisonniers d'opinion sont restés derrière les barreaux pour leurs critiques politiques pacifiques. Ils ont été confrontés à des procédures de procès inéquitables, notamment des mois de détention au secret, le refus d'accès à des avocats et l'utilisation d'« aveux » forcés comme preuves, » a-t-il lu.

 

'Amnesty international'  a déclaré: «Environ 20 000 à 100 000 apatrides nés aux ‘Émirats arabes unis’ continuent de se voir refuser l'égalité d'accès aux droits accordés aux citoyens émiratis aux dépens de l'État, tels que les soins de santé, le logement, l'enseignement supérieur subventionné par l'État ou l'accès au secteur public. Cet accès dépend d'une preuve de citoyenneté, et les apatrides se sont vu refuser la reconnaissance en tant que citoyens, même si beaucoup d'entre eux ont des racines aux Émirats arabes unis qui remontent à plusieurs générations.

 

 

 

A. A. Mohammed


Ressource : Saba

  more of (Internationale)