Agence de Presse Yéménite (SABA)
 Page principale   Chef de la révolution   le président   Locales   Internationale   L‘agression Américain saoudienne   Economie   Le Développement et les initiatives  
فارسي | Español | Deutsch | English | عـربي | RSS Feed
Recherche | Recherche avancé
 
  Locales
Une réunion dans le quartier de Main du secrétariat de la capitale pour soutenir Déluge d'Al-Aqsa
[Mercredi 28 FÈvrier 2024]
Une source du bureau du leader révolutionnaire nie l'existence de comptes de réseaux sociaux pour le leader révolutionnaire ou son chef de bureau
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Spectacle populaire pour les diplômés des cours « deluge d'Al-Aqsa » à Amran
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Cérémonie à Sana'a pour la publication d'un guide de restauration et de conservation archéologique
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Projet d'installation de système solaire à Dhamar
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
 
  Enquêtes et reportages
Face à la menace de l'ennemi de poursuivre son agression, la résistance le menace avec davantage de messages venant du terrain
[Mercredi 28 FÈvrier 2024]
La position yéménite... un changement qualitatif dans les opérations visant à dissuader les navires et cuirassés américains et britanniques
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
À l’échelle mondiale, la Chine surpasse l’Amérique dans de nombreux domaines après plusieurs décennies de domination de cette dernière.
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
L’agression contre la bande de Gaza : destructions sans précédent, massacres, génocide et impasse
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
L’escalade de l’agression contre le Yémen et la Palestine est l’un des facteurs les plus importants pour mettre fin à l’ère de l’hégémonie américaine
[Lundi 26 FÈvrier 2024]
 
  L‘agression Américain saoudienne
La Chine critique vivement le refus de Washington de sa contribution au commerce mondial
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Crimes de l'agression américano-saoudienne ce jour-là, le 27 février
[Mardi 27 FÈvrier 2024]
Crimes de l'agression américano-saoudienne ce jour-là, le 26 février
[Lundi 26 FÈvrier 2024]
Taiz: Sept citoyens ont été tués et blessés lors des raids de l'agression américano-britannique sur le district de Maqbanah
[Dimanche 25 FÈvrier 2024]
Les crimes de l'agression américano-saoudienne en ce jour du 25 février
[Dimanche 25 FÈvrier 2024]
  Enquêtes et reportages
Avertissements selon lesquels l'ennemi sioniste commettrait une catastrophe humanitaire et un massacre mondial s'il envahissait la ville de Rafah
Avertissements selon lesquels l'ennemi sioniste commettrait une catastrophe humanitaire et un massacre mondial s'il envahissait la ville de Rafah
Avertissements selon lesquels l'ennemi sioniste commettrait une catastrophe humanitaire et un massacre mondial s'il envahissait la ville de Rafah
[10/FÈvrier/2024]

SANAA Février 10.2024 (Saba) - Après que l’armée ennemie sioniste a approuvé une opération militaire dans la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza assiégée, les avertissements continuent selon lesquels l’ennemi commettrait une « catastrophe humanitaire massive » et un « massacre mondial » s’il envahissait la ville, ce qui est considéré comme le dernier refuge pour les déplacés de la bande de Gaza, et environ 1 400 000 personnes y vivent, palestiniennes.



Dans ce contexte, le bureau des médias du gouvernement à Gaza a mis en garde aujourd'hui samedi contre une « catastrophe et un massacre mondiaux » qui pourraient faire des dizaines de milliers de martyrs et de blessés si les forces ennemies entamaient une opération terrestre dans la ville à laquelle ils ont ordonné aux habitants de Gaza. La bande de Gaza a fui depuis le début de la guerre le 7 octobre et a tenu « l’administration américaine, la communauté internationale et l’ennemi sioniste pour pleinement responsables ».



Le bureau a déclaré dans un communiqué : « Les médias de l'ennemi sioniste ont rapporté l'intention et les menaces de l'armée d'occupation d'attaquer et d'envahir le gouvernorat de Rafah (au sud de la bande de Gaza), qui comprend plus d'un million 400 citoyens palestiniens, dont un million. et 300 déplacés d'autres gouvernorats, ce qui laisse présager la survenue d'une catastrophe mondiale et d'un massacre qui pourrait faire des dizaines de milliers de martyrs et de blessés.



La déclaration appelle le Conseil de sécurité de l'ONU à « se réunir immédiatement et de toute urgence et à prendre une décision qui garantisse l'obligation de l'ennemi sioniste de mettre fin à la guerre génocidaire qu'il commet contre les civils, les enfants et les femmes dans la bande de Gaza, ainsi que de mettre un terme à la guerre génocidaire qu'il commet contre les civils, les enfants et les femmes dans la bande de Gaza. le meurtre délibéré de dizaines de milliers de Palestiniens dans la bande de Gaza et mettre un terme aux menaces continues de l'ennemi contre le gouvernorat de Rafah et d'autres régions. » Gouvernorats.



De son côté, le Mouvement de la Résistance islamique (Hamas) a averti que l'ennemi commettrait des massacres dans la ville de Rafah, qui regorge de personnes déplacées vivant dans des conditions humanitaires difficiles, si les forces ennemies lançaient une opération militaire à Rafah, qui abrite des personnes déplacées dans des conditions humanitaires difficiles. la ville située dans le sud de la bande de Gaza, à la frontière égyptienne.



Le mouvement a déclaré aujourd'hui dans un communiqué : « Nous mettons en garde contre une catastrophe mondiale et un massacre qui pourraient faire des dizaines de milliers de martyrs et de blessés si le gouvernorat de Rafah est envahi », ajoutant : « Nous tenons l'administration américaine, la communauté internationale et l'occupation pleinement responsable. »



Le mouvement Hamas a également appelé « les institutions de l’ONU et des droits de l’homme à documenter ce crime parmi les centaines de massacres perpétrés par l’ennemi sioniste et à poursuivre en justice l’armée criminelle et ses dirigeants ».



Les agences humanitaires ont également averti qu'une attaque militaire dans une zone aussi densément peuplée pourrait entraîner la mort d'un grand nombre d'innocents.



La plupart des Palestiniens déplacés qui ont quitté le nord et le centre de la bande de Gaza, « qui ont été soumis à des destructions massives », vivent dans la ville de Rafah, où l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a déclaré ne pas savoir comment. « une opération aussi extrêmement dangereuse » pourrait durer longtemps.



Le commissaire général de l'UNRWA, Philippe Lazzarini, a exprimé l'inquiétude des personnes déplacées à Rafah en déclarant : « Il y a un sentiment croissant d'anxiété et de panique à Rafah... parce que les gens ne savent absolument pas où aller. »



Les Nations Unies confirment que Rafah abrite plus de 1,3 million de personnes déplacées, ce qui représente environ la moitié de la population de la bande de Gaza, tandis que d'autres estimations portent ce nombre à 1,5 million de personnes. Certaines de ces personnes ont été déplacées environ six fois. pour échapper aux bombardements sionistes.



Ainsi, la population de Rafah a quintuplé car les gens ont fui les bombardements sionistes, souvent sous ordre d'évacuation, depuis que l'ennemi sioniste a commencé son attaque dans la bande de Gaza, suite à l'attaque du Hamas le 7 octobre, car ces personnes déplacées vivent dans des conditions misérables. dans des abris bondés ou dans les rues, en plus des bombardements israéliens.



Mercredi, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a mis en garde contre les « répercussions régionales incalculables » d'une éventuelle attaque terrestre sioniste contre la ville de Rafah. Il a déclaré devant l'Assemblée générale des Nations Unies : « Une telle action aggraver ce qui est déjà un cauchemar humanitaire. » « Avec d'innombrables répercussions régionales. » Il a réitéré son exigence d'un « cessez-le-feu humanitaire immédiat » et de la libération de tous les prisonniers.



Le Conseil de sécurité de l'ONU avait précédemment appelé à une résolution pour obliger l'ennemi sioniste à mettre fin au génocide qu'il commet contre le peuple palestinien.



La Ligue des États arabes, l’Organisation de la coopération islamique et le Conseil de sécurité de l’ONU ont également appelé à une action urgente et sérieuse pour prévenir le génocide dans la ville de Rafah.

La présidence palestinienne a estimé aujourd'hui dans un communiqué que les projets sionistes d'invasion de Rafah visent à déplacer le peuple palestinien de ses terres... soulignant que lancer une opération militaire dans cette ville surpeuplée franchirait toutes les lignes rouges, comme elle l'a dit. .



Les Nations Unies ont mis en garde contre toute opération militaire dans la ville de Rafah, déclarant : Tout déplacement forcé massif imposé à ses habitants et aux personnes déplacées constituerait une violation du droit international.



Quant à Médecins sans frontières, elle a confirmé dans un communiqué que les déplacements forcés répétés étaient ce qui avait poussé les habitants de Gaza à se réfugier à Rafah, où ils ont été assiégés sans aucune option et ont vécu dans des tentes temporaires.



Pour sa part, le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, Jan Egeland, a déclaré dans un communiqué : Si l'armée ennemie sioniste envahit la ville de Rafah, si cela se produit, ce sera un « bain de sang », soulignant qu'aucune guerre ne peut être évitée. autorisés dans un immense camp de personnes déplacées.



Le bureau du Premier ministre de l’entité sioniste, Benjamin Netanyahu, a annoncé vendredi avoir demandé à l’armée d’occupation d’élaborer un plan « pour évacuer la population et détruire les quatre bataillons du Hamas qui auraient été déployés à Rafah ».



L'agence de presse Reuters a également cité un responsable sioniste anonyme disant : L'entité sioniste tentera d'organiser le mouvement des déplacés de Rafah vers le nord, d'où ils ont fui avant toute opération militaire à Rafah.



Il convient également de noter que l'administration américaine a refusé que l'ennemi sioniste lance une opération militaire à Rafah en raison de l'absence totale de protection des civils, mais Netanyahu insiste sur la nécessité de lancer l'opération militaire, ce qui a conduit à un différend entre lui et Le chef de cabinet Herzi Halévy.



Le Département d’État américain a prévenu cette semaine que « mener une opération similaire maintenant, sans planification et sans réflexion, dans une zone habitée par un million d’habitants, serait un désastre ».



Dans une rare critique implicite de l’entité ennemie sioniste, le président américain Joe Biden a déclaré : « La réponse à Gaza… est excessive. » Il a souligné qu’il avait fait des efforts depuis le début de la guerre pour réduire son impact sur les civils.



La Douzième chaîne sioniste a rapporté qu'un différend avait éclaté il y a quelques jours entre Netanyahu et Halevy au sujet de l'opération prévue à Rafah, parce que le Premier ministre avait demandé le démantèlement des brigades du Hamas à Rafah avant le mois de Ramadan... Cependant, le chef L'état-major a confirmé que le plan de l'armée d'occupation à Rafah nécessite des conditions favorables, notamment des opérations d'évacuation et une coordination préalable avec l'Égypte.



Cela survient après que l’ennemi sioniste se soit préparé à une opération militaire à Rafah, puisque le journal sioniste Yedioth Ahronoth a rapporté que les préparatifs pour l’opération à Rafah avaient commencé il y a des semaines et que l’armée avait déjà accepté un plan qui incluait la nécessité d’évacuer les déplacés.



Les affrontements et les combats se poursuivent entre les factions de la résistance palestinienne et l'armée ennemie sioniste dans les zones d'incursion, notamment à Khan Yunis et dans la ville de Gaza.



Les combattants ennemis sionistes continuent de lancer de violents raids dans la région de Rafah depuis les premières heures de la nuit dernière, alors que des informations indiquent qu'ils sont sur le point de procéder à une invasion terrestre de la ville, qui abrite des centaines de milliers de personnes et des personnes déplacées à proximité. la frontière égyptienne avec la bande de Gaza.



Le correspondant d'Al-Arabi à Gaza a rapporté aujourd'hui samedi que trois Palestiniens ont été tués à la suite d'un bombardement de l'armée ennemie sioniste : il s'agit du directeur des enquêtes dans la ville de Rafah, Hamad al-Yaqoubi, de son adjoint, Ayman al-Yaqoubi. -Rantisi et Ibrahim Shatat, chef du département d'enquête sur les approvisionnements.



Hier vendredi, selon des estimations non définitives, au moins 23 Palestiniens ont été martyrisés et des dizaines blessés, dans une série de violents raids sionistes qui ont ciblé des zones dans toute la bande de Gaza et dans la ville de Rafah, au sud de la bande.



Dans le dernier bilan annoncé aujourd'hui par le ministère de la Santé à Gaza, le bilan du génocide sioniste en cours à Gaza s'élève à plus de 28 064 martyrs et 67 611 blessés depuis le 7 octobre dernier. Tandis que l'ennemi continue de commettre des massacres contre les familles, faisant 117 martyrs et 152 blessés en 16 massacres au cours des dernières 24 heures.



Il convient de noter que plus de quatre mois après le déclenchement de la guerre sioniste dans la bande de Gaza, le 7 octobre, l'attention se tourne vers Rafah, où sont rassemblés plus d'un million de personnes déplacées, fuyant les destructions et les combats dans le reste du pays. zones assiégées de la bande de Gaza. Les médecins et les secouristes sont confrontés à de grandes difficultés pour fournir une aide essentielle aux Palestiniens réfugiés près de Rafah. Beaucoup sont coincés à la frontière avec l'Égypte et vivent dans des tentes temporaires.
Sanaa - Saba : Merzah Al-Asal

Traduit par



A.A.A.



resource : Saba

Whatsapp
Telegram
Print

  more of (Enquêtes et reportages)
Mis a jour le: Mercredi 28 FÈvrier 2024 08:31:19 +0300