Agence de Presse Yéménite (SABA)
 Page principale   Chef de la révolution   le président   Locales   Internationale   L‘agression Américain saoudienne   Economie   Le Développement et les initiatives  
فارسي | Español | Deutsch | English | عـربي | RSS Feed
Recherche | Recherche avancé
 
  Locales
L'agression américano-britannique a lancé deux raids sur Al-Durayhimi à Hodeidah
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
La réunion au port de Hodeida a discuté des défis liés au transport de marchandises via des conteneurs réfrigérés
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
Examen des conditions des pêcheurs à Al-Lahiya et Kamran à Al-Hodeida
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
Manifestation massive à Dhamar sous le slogan « Avec Gaza... jusqu'à la victoire »
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
Grande marche à Ibb « Avec Gaza... jusqu'à la Victoire »
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
 
  Enquêtes et reportages
Autorité hospitalière Al-Thawra à Hodeidah... Des efforts concrets dans le développement de services et la mise en œuvre de projets
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
Après que son armée n'a pas réussi à atteindre ses objectifs, l'ennemi utilise la famine comme arme dans son agression contre Gaza.
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
L’Amérique et la Grande-Bretagne paieront cher leur sous-estimation des capacités du Yémen
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
Une condamnation généralisée devant la Cour internationale de Justice de la politique de l'ennemi sioniste, alors que Washington continue de soutenir sa protection
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
Parallèlement à la poursuite de son agression contre Gaza... l'ennemi sioniste poursuit ses plans de colonisation en Cisjordanie
[Jeudi 22 FÈvrier 2024]
 
  L‘agression Américain saoudienne
L'agression américano-britannique a lancé deux raids sur Al-Durayhimi à Hodeidah
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
L'agression américano-britannique a lancé trois frappes aériennes sur Ras Issa à Hodeidah
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
Crimes de l'agression américano-saoudienne ce jour-là, le 23 février
[Vendredi 23 FÈvrier 2024]
L'agression américano-britannique lance quatre raids sur Hodeidah
[Jeudi 22 FÈvrier 2024]
Crimes de l'agression américano-saoudienne ce jour-là, le 22 février
[Jeudi 22 FÈvrier 2024]
  Enquêtes et reportages
Le retour de la crise de la dette américaine: rapport
Le retour de la crise de la dette américaine: rapport
Le retour de la crise de la dette américaine: rapport
[25/Mai/2023]

SANAA Mai 25. 2023 (Saba) - Le dollar américain souffre de plusieurs crises qu'il tente de résoudre avec la politique de « gestion quantitative » et de hausse des taux d'intérêt, c'est-à-dire la crise du déficit budgétaire général, l'aggravation des dettes, et on craint que les États-Unis déclin de payer les dettes, et la crise du déclin du statut du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale, alors que certaines banques internationales ont commencé à remplacer le dollar dans d'autres devises, et l'émergence de nouveaux blocs économiques tels que le "Byrex" et avant cela, la "zone euro" conduisait à davantage de transactions en devises locales.



L'économie américaine souffre de crises économiques depuis les années soixante-dix du siècle dernier, qui ont considérablement émergé lors de la crise de 2008, et la crise s'est multipliée avec la pandémie de Corona de 2020, et elle n'était pas loin des effets de la guerre en Ukraine sur le l'économie mondiale en général. L'économie américaine est dans un état de maladie qui n'a pas pu surmonter ses maux, et chaque fois qu'elle a essayé de sortir d'une crise, elle est tombée dans une autre, avec des périodes périodiques de reprise qui n'ont pas dépassé la crise.



Il faut tenir compte du fait que la crise monétaire américaine n'existe pas en soi dans le schéma de la politique budgétaire, et qu'elle peut être surmontée en modifiant ces politiques Vers des investissements dans le domaine financier au détriment de l'activité économique productive réelle par la spéculation financière , ce qui crée des bulles financières qui explosent sous forme de crises financières, alors que l'impérialisme par rapport aux impérialismes européens possède les ressources nécessaires à l'industrie.



À partir du monde actuel de 2023 après JC, la crise structurelle de l'économie américaine s'est reflétée dans le secteur bancaire, qui oscille, avec des faillites qui ont frappé «Silicon Valley Bank», «Signature Bank» et «Silvergate Capital Bank», et le La banque "Première République" les aurait rejoints n'eût été sa réanimation avec des dépôts avant d'autres banques.



Dans la situation actuelle, la crise financière s'intensifie, et à cet égard émerge la crise de la dette, qui peut se transformer en crise constitutionnelle sur le plan politique, la secrétaire au Trésor américaine Janet Yellen (7 mai 2023) ayant estimé que l'utilisation par le président Joe Biden de le 14e amendement à la Constitution américaine pour éviter de déclarer faillite sans retourner au Congrès, cela provoquera une crise constitutionnelle dans le pays.



Le retour de la crise de la dette américaine et ses répercussions

Parmi les derniers avertissements figurait ce qu'a déclaré le président de la Chambre des représentants des États-Unis, "McCarthy", selon lequel "l'inaction du président américain Joe Biden pourrait conduire au premier défaut de paiement de l'histoire du pays", avec l'érosion du délai accordé jusqu'à début juin pour obtenir l'autorisation du législateur d'augmenter les limites de prêt.



Le plafond de la dette publique des États-Unis est fixé légalement, et il ne peut être relevé qu'en adoptant une loi au Congrès, que le président signe.



Fin avril (2023 après JC), la Chambre des représentants, dirigée par les républicains, qui se préparent à une confrontation avec le président Joe Biden, a voté pour relever la limite d'emprunt, mais seulement avec des coupes drastiques pour freiner ce que le parti considère comme des dépenses excessives. , et les négociations se poursuivent toujours entre le président Joe Biden et le président de la Chambre des représentants Kevin McCarthy, le plafond actuel de la dette américaine est de 31,4 billions de dollars.



L'échec des États-Unis à payer et à refuser de relever le plafond de la dette lors d'une future crise cyclique aura de graves conséquences pour l'économie américaine et mondiale, car le non-relèvement du plafond de la dette entraînera la possibilité de non-paiement des salaires des les employés du gouvernement ou les entrepreneurs qui contractent avec lui, ainsi qu'il peut cesser d'accorder des prêts aux petites entreprises ou aux étudiants. Les universités, cesser de payer les factures du gouvernement.



On s'attend également à ce que le défaut entraîne les États-Unis dans une récession économique, ce qui entraînera également la perte de millions d'emplois et les jettera sur le quai du chômage, comme cela s'est produit dans les années soixante-dix.



En ce qui concerne la scène internationale, le défaut aura de graves répercussions économiques, car il entraînera une hausse des taux d'intérêt, une baisse de la valeur du dollar par rapport aux devises mondiales et une instabilité économique mondiale, pouvant conduire à la récession.



La récession entraînera une réduction des échanges commerciaux avec l'étranger, ce qui signifie la perte des pays émergents qui dépendent économiquement des exportations vers les États-Unis, et l'inflation augmentera le coût d'importation des États-Unis depuis l'étranger, ce qui signifie une stagnation des échanges commerciaux mondiaux. .



Quant aux inquiétudes imminentes des États-Unis d'Amérique, elles sont liées à son conflit commercial avec la Chine et les pays BRICS, devenus plus à même d'influencer l'économie américaine, et à son conflit militaire indirect avec la Russie, en cas de retard.



Si la dette est remboursée, ses dépenses militaires s'affaibliront pour perdre face à la Russie, et sa production nationale s'affaiblira pour perdre face à la Chine, car elle se trouve dans une situation difficile. Le fait de ne pas relever le plafond de la dette et de ne pas le rembourser est un problème grave, et continuer à relever le plafond de la dette est un problème plus grave à long terme.



Et la crise financière américaine s'aggrave avec la poursuite incessante des pays BRICS + le Venezuela et l'Iran (ainsi, ils ont affirmé que l'Arabie saoudite et l'Égypte procédaient et n'avaient pas encore commencé) vers l'adoption de monnaies locales dans les échanges commerciaux et la vente de pétrole à l'échelle mondiale, l'apparition d'une monnaie BRICS unifiée ou l'adoption du "yen" chinois" ou l'adoption de monnaies locales ; Dans tous les cas, la domination du dollar en tant que médiateur mondial des échanges commerciaux et des prêts menace sérieusement l'avenir, car les perspectives sont bloquées.

La nature de la crise de la dette

Le capitalisme mondial - et d'abord les États-Unis, le pôle du capitalisme mondial - est confronté à un grave problème d'endettement qui est considéré comme l'une de ses crises les plus importantes, et il est étroitement lié à la crise de l'inflation, car la crise de la dette partage de nombreuses caractéristiques avec la crise de l'inflation, et les deux crises réunies sont des crises monétaires dont souffre le capitalisme mondial, avec au premier rang les États-Unis, et elle est liée à la crise structurelle du capitalisme.



La crise de la dette est une des sécrétions du système capitaliste, c'est un phénomène ancien, mais aujourd'hui lié à différents éléments économiques, et qui peut se résumer par l'incapacité d'un pays à payer ses dettes parce que ses dépenses sont supérieures à ses ressources, ce qui la pousse à emprunter à nouveau et les intérêts s'ajoutent aux emprunts, et avec la stagnation ou la contraction de la production et l'augmentation des dépenses, il devient impossible de rattraper les dettes et de les rembourser, et c'est le cas de les États-Unis d'Amérique, dont les dettes augmentent de manière cyclique avec l'augmentation de ses dépenses en raison de son expansion coloniale dans le monde.



La grave crise actuelle, décrite par la Banque mondiale dans son rapport pour l'année 2022, comme «la base la plus large» parmi les crises de la dette des cinquante dernières années, et la dernière crise mondiale a été la crise financière et la crise hypothécaire qui ont commencé aux États-Unis d'Amérique en 2008, puis s'est propagée au monde, et avant cela, c'était la crise de l'inflation En l'an 1970, elle a commencé aux États-Unis puis s'est propagée au monde, et les répercussions de la crise des années soixante-dix et de la La crise de 2008 après JC se poursuit encore à ce jour dans l'économie mondiale, alors que le monde entre aujourd'hui dans une nouvelle crise, et les crises du capitalisme sont périodiques, car cela fait partie de son mécanisme de travail.





Crise de la dette aux États-Unis

Les États-Unis d'Amérique travaillent dur pour réduire l'écart entre leur dette et leur produit brut, et pour cela, ils fixent une limite maximale et un plafond à leur dette qui ne peut être dépassé.

Relever le plafond, jusqu'à l'ère actuelle, lorsque la dette des États-Unis d'Amérique dépasse son produit brut, ce qui indique une grave crise économique aux États-Unis, et cela se réalise à partir du suivi des stations des États-Unis augmentant sa dette plafond.



Avant 1917, le Congrès autorisait le gouvernement à emprunter une somme d'argent fixe pour une période déterminée, et lorsque le prêt était remboursé, le gouvernement ne pouvait plus emprunter à moins qu'il n'y soit autorisé.



Le Congrès a promulgué cette mesure en permettant au président de l'époque, Woodrow Wilson, de dépenser l'argent qu'il jugeait nécessaire pour combattre la Première Guerre mondiale, mais ce n'était pas ouvert, car l'emprunt était limité à 11,5 milliards de dollars, et exigeait qu'il y ait une nouvelle législation en cas d'un désir d'augmenter le montant .. Depuis lors, le plafond de la dette a été relevé des dizaines de fois et a été suspendu à plusieurs reprises, le plus récemment en août 2019, lorsque le Congrès a suspendu le plafond jusqu'au 31 juillet 2021.



Les États-Unis empruntent en fournissant des bons du Trésor par l'intermédiaire du Trésor américain et les obligations du gouvernement américain sont considérées comme parmi les investissements les plus sûrs et les plus fiables au monde, et la République populaire de Chine est le premier créancier des États-Unis avec environ 3 000 milliards de dollars.



La crise actuelle de l'endettement américain répète la crise financière mondiale qui s'est produite en 2008, qui a commencé aux États-Unis et a balayé le monde, mettant en faillite 19 banques américaines sur son chemin et économisant l'argent des autres contribuables, c'est-à-dire l'épargne du peuple.



Depuis le milieu des années 1970, on assiste à une remontée de la pyramide de la dette américaine qui atteignait en 2022 environ 30,6 billions de dollars.



La question du dépassement de l'ancien plafond de la dette, fixé à 28 400 milliards de dollars, a été soulevée en septembre 2021, alors que les États-Unis étaient sur le point d'arrêter le paiement de la dette.En septembre de la même année, la secrétaire au Trésor américaine, Janet Yellen, a appelé Congrès pour relever le plafond de la dette, en raison de la nécessité d'éviter une "crise financière historique". Ce plafond est celui officiel pour les emprunts, alors qu'en réalité la dette est supérieure à cela.



Yellen a averti à l'époque qu'un défaut conduirait probablement à une crise financière historique, révélant que "le défaut peut entraîner une hausse des taux d'intérêt, une forte baisse des cours des actions et d'autres turbulences financières".



Dans son article paru dans le journal, Yellen a fait référence à "une liste de catastrophes financières possibles qui pourraient s'abattre sur le pays" dans le cas où le plafond de la dette n'est pas relevé et que les États-Unis ne sont pas en mesure de payer leurs dettes dans les délais spécifiés, expliquant que "Dans quelques jours, des millions d'Américains manqueront d'argent... Les contrôles de sécurité sociale pour environ 50 millions de personnes âgées pourraient être interrompus et les salaires des soldats pourraient cesser", ajoutant que "les États-Unis sortiront de cette crise comme un pays temporairement plus faible nation."(1) Il s'agit d'une évaluation objective si elle n'a pas sous-estimé les répercussions.



Au final, la Chambre des représentants américaine, contrôlée par les démocrates, a approuvé un projet de loi adopté par le Sénat pour relever temporairement la limite d'emprunt du gouvernement à 28,9 billions de dollars, ce qui empêche le risque de défaut de paiement jusqu'au début décembre 2022 après JC, et la Chambre approuvé une augmentation de 480 milliards de dollars du plafond de la dette.



Le retour de la crise

Les discussions sur la crise de la dette sont revenues cette année (7 mai 2023 après JC), la secrétaire au Trésor américaine - elle-même - avertissant que la crise financière se transformerait en crise constitutionnelle. La crise actuelle survient alors que les républicains font pression sur le président Joe Biden pour qu'il conclue une accord pour fournir des réductions de dépenses, en échange de l'augmentation de la limite d'emprunt nationale Mais Yellen a insisté sur le fait que le fardeau incombait toujours aux législateurs américains.

"Il est tout simplement inacceptable que le Congrès menace de catastrophe économique pour les ménages américains et le système financier mondial, comme le coût du relèvement du plafond de la dette", a-t-elle déclaré lors d'un talk-show sur ABC.



Le plafond de la dette publique des États-Unis a été fixé légalement, et il ne peut être relevé qu'en adoptant une loi au Congrès, que le président signe.

Et fin avril, la Chambre des représentants, dirigée par les républicains, qui se préparent à une confrontation avec le président Joe Biden, a voté le relèvement du plafond d'emprunt, mais uniquement avec

Des coupes drastiques pour freiner ce que le parti considère comme des dépenses excessives.



Les républicains exigent plus de 4 billions de dollars de coupes budgétaires, ce qui annulerait de nombreuses priorités législatives de Biden, et les démocrates rejettent cette décision, proposant à la place de maintenir les dépenses inchangées.



Le président Biden et McCarthy sont tous deux sous la pression des ailes gauche et droite, respectivement, de leurs partis respectifs, pour tenir bon et ne pas faire de concessions. Et avec une majorité démocrate d'un siège au Sénat et des républicains contrôlant de justesse la Chambre des représentants, parvenir à un accord jusqu'à présent semble insaisissable.(3)



Les répercussions sur l'économie américaine et mondiale

L'incapacité des États-Unis à payer et à refuser de relever le plafond de la dette dans toute future crise cyclique aura des conséquences dévastatrices pour l'économie américaine et mondiale. Le non-relèvement du plafond de la dette entraînera la possibilité de non-paiement des salaires au gouvernement les employés ou les entrepreneurs qui contractent avec elle, ainsi qu'elle peut cesser d'accorder des prêts aux petites entreprises ou aux étudiants. Les universités, cesser de payer les factures du gouvernement.



On s'attend également à ce que le défaut entraîne les États-Unis dans une récession économique, ce qui entraînera également la perte de millions d'emplois et les jettera sur le quai du chômage, comme cela s'est produit dans les années soixante-dix.



Sur le plan international, le défaut aura de graves répercussions économiques, car il entraînera une hausse des taux d'intérêt et une baisse de la valeur du dollar. Les États-Unis entraînent avec eux le reste des pays du monde capitaliste, à commencer par le Grande Dépression dans les années 1930 et se terminant par la crise hypothécaire et la bulle financière en 2008.



La récession entraînera une réduction des échanges commerciaux avec l'étranger, ce qui signifie la perte des pays émergents qui dépendent économiquement des exportations vers les États-Unis, et l'inflation augmentera le coût d'importation des États-Unis depuis l'étranger, ce qui signifie une stagnation des échanges commerciaux mondiaux. , d'autre part, la perte de valeur du dollar conduira à multiplier les réserves monétaires des autres pays, et à affaiblir leur pouvoir d'achat.



La crise américaine à la lumière de la lutte des pôles mondiaux de manière réaliste, il y a une baisse de la cote de crédit américaine, même si cela n'est pas officiellement annoncé

Comme ce fut le cas en l'an 2011.



En plus du pétrole, le secret de la domination de l'économie américaine est la puissance militaire agressive en premier lieu, car le dollar tire une grande partie de sa force de la puissance des États-Unis en tant qu'empire mondial.



Les pays du monde entier ont été disposés à accepter plus de dollars en pensant que ces dollars sont une forme plus sûre d'obligations du Trésor américain, mais cette confiance s'effondre.

En général, les pays du monde ne veulent pas cesser de négocier en dollars, car cela signifierait perdre leur stock de dollars dans leurs banques en tant que monnaie de réserve, que les pays traitent comme ils traitent l'or, c'est-à-dire qu'ils les utilisent pour soutenir leurs devises et en tant que médiateur pour régler les comptes internationaux, et avec la croissance des économies nationales et l'expansion du commerce mondial, le besoin de liquidités de réserve augmente. .



Il y a une autre raison pour laquelle les pays s'entendent pour accepter le dollar, c'est que l'inflation dans l'économie américaine sert dans une large mesure les exportations des pays occidentaux vers le marché américain, alliés aux États-Unis et non alliés, comme la Chine qui contribuent à inflation et déficits de la balance des paiements) ; Tant que l'objectif de la machine de guerre américaine est de préserver le système de domination et d'unilatéralisme occidental et d'écraser le mouvement de libération, il n'est pas surprenant que d'autres pays capitalistes tolèrent le dollar américain, mais ce qui est certain, c'est que l'accumulation de dollars ne peuvent pas durer éternellement, surtout avec les taux d'inflation actuels aux États-Unis.



Les données du Trésor américain ont montré que le Japon et la Chine ont réduit leurs investissements dans les bons du Trésor américain au cours des 12 derniers mois, ainsi que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.



Il y a des années, les signes d'une menace pour le trône du dollar ont commencé, et les possibilités d'y parvenir sont aujourd'hui plus grandes qu'elles ne l'étaient hier. Les voix appelant à l'adoption de monnaies commerciales au lieu du dollar, les voix émises par l'Iran, la Russie, la Chine, le Venezuela, la Turquie, le Brésil et l'Arabie saoudite, auront, s'ils sont mis en œuvre, des effets sur la domination de la monnaie américaine sur le commerce international, surtout si davantage de pays rejoignent cette nouvelle tendance de l'économie mondiale, qui se caractérise par la multipolarité .



_____

1 AFP, « Une crise financière historique attendue aux États-Unis et le département du Trésor en appelle au Congrès », (20 août-2021 après JC)

2 Russia Today, « Le secrétaire américain au Trésor met en garde contre une catastrophe économique et financière », (8 mai 2023).

3 Brandon Drinon, BBC Arabic, « Plafond de la dette américaine : des pourparlers « constructifs » entre Biden et McCarthy, mais n'ont pas abouti à un accord » (23 mai 2023).

Sanaa - Saba : Anas Al-Qadi

traduit par



A.A.A.



resource : saba

Whatsapp
Telegram
Print

  more of (Enquêtes et reportages)
Mis a jour le: Vendredi 23 FÈvrier 2024 22:21:50 +0300