Agence de Presse Yéménite (SABA)
 Page principale   Chef de la révolution   le président   Locales   Internationale   L‘agression Américain saoudienne   Economie   Le Développement et les initiatives  
فارسي | Español | Deutsch | English | عـربي | RSS Feed
Recherche | Recherche avancé
 
    Locales
Le ministre de l'Éducation inspecte l'avancement des travaux à l'Organisation générale des presses d'imprimerie de livres scolaires
[Samedi 25 Mai 2024]
Al-Sama'i et Bin Habtoor inaugurent la première exposition de produits nationaux à Beit Al-Rahal
[Samedi 25 Mai 2024]
Le vice-président du Conseil de la Choura passe en revue la session d'été au Centre de la Mosquée des Martyrs
[Samedi 25 Mai 2024]
Réunion à Taiz pour évaluer le niveau de collecte de ressources locales et partagées
[Samedi 25 Mai 2024]
Discussion du rapport d'évaluation des projets de services et de développement à Hodeida
[Samedi 25 Mai 2024]
 
    Enquêtes et reportages
Cours d'été dans le gouvernorat de Sanaa, une flamme d'enthousiasme et de créativité
[Samedi 25 Mai 2024]
L'unité yéménite est enracinée dans l'âme des Yéménites et ancrée dans leur sang et leurs sacrifices
[Vendredi 24 Mai 2024]
Cours d'été à Marib...des activités diversifiées et une forte demande
[Jeudi 23 Mai 2024]
La biodiversité au Yémen est une richesse unique qui nécessite une protection officielle et sociétale: rapport
[Jeudi 23 Mai 2024]
Capitale Sanaa: une dynamique généralisée et une demande sans précédent pour les cours d'été
[Mercredi 22 Mai 2024]
 
    L‘agression Américain saoudienne
L'avion d'agression américano-britannique a lancé deux raids sur l'aéroport de Hodeidah
[Jeudi 23 Mai 2024]
L'avion d'agression américano-britannique a lancé cinq raids sur l'aéroport de Hodeidah
[Jeudi 02 Mai 2024]
Un avion de combat d'agression américano-britannique a lancé une frappe aérienne sur Ras Issa à Hodeida
[Mardi 30 Avril 2024]
Saada: Les forces ennemies saoudiennes ciblent une maison citoyenne dans le district de Baqim
[Dimanche 28 Avril 2024]
Martyre de 3 femmes et 2 filles lors d'une attaque de drone par les mercenaires de l'agression à Taiz
[Samedi 27 Avril 2024]
  Enquêtes et reportages
Changements de paysage en République arabe syrienne: rapport
Changements de paysage en République arabe syrienne: rapport
Changements de paysage en République arabe syrienne: rapport
[26/Mars/2023]

SANAA Mars 26. 2023 (Saba) - La crise syrienne connaît une relative percée sur le plan politique, et elle est susceptible de se développer davantage. Ainsi, le gouvernement syrien sortira de l'isolement injuste qui lui est imposé depuis 2011, en raison des événements en Syrie.



Cette détente est apparue davantage après le tremblement de terre qui a frappé la Turquie et la Syrie en février dernier, car elle a créé la justification humanitaire du retour des relations politiques et économiques qui avaient commencé avant cela, et les conditions étaient réunies pour le retour des relations.



Commençant par des pourparlers indirects syro-turcs pour résoudre les différends dans le cadre des efforts turcs avant les élections, par la visite du président syrien au Sultanat d'Oman, puis une visite aux Émirats arabes unis, et annonçant la volonté d'ouvrir des ambassades entre la Syrie et l'Arabie saoudite .



Au cours de cette période - c'est-à-dire dans les trois mois de cette année - de nombreux développements ont eu lieu dans la région, dont le résultat a été ces développements.



Essentiellement, ces développements sont le résultat de la fermeté syrienne tout au long des années de la guerre, qui est entrée dans sa 12e année. Le plan était d'envahir l'État syrien, de renverser le régime national et de le démanteler, comme lors de l'invasion de l'Irak en 2003. L'opposition et les factions terroristes sont en conflit, et la pression des réfugiés sur la Turquie et l'Europe s'exacerbe.Tout cela a fait reconnaître la nécessité de rétablir les relations avec la Syrie et qu'il ne sert à rien de s'éloigner de l'échec du régime sioniste colonial.



La fermeté syrienne était à la base de la percée, de sorte que l'accord irano-saoudien est venu comme un nouvel élan pour approfondir cette voie. Seulement 8 jours après l'accord Téhéran-Riyad, la Syrie et l'Arabie saoudite ont annoncé des travaux pour rétablir les relations officielles.



Avec le retour des relations, de grandes parties des territoires syriens sont toujours sous occupation étrangère directe, comme l'occupation turque et américaine du nord de la Syrie, et d'autres sont sous le contrôle de groupes takfiri à Idlib, et d'autres sont sous le contrôle des factions kurdes d'opposition.



La Syrie s'appuie sur le principe vietnamien de sécuriser les terres libérées afin de progresser vers la libération du reste des terres occupées.



Sans aucun doute, cette percée augmentera la capacité de la Syrie à récupérer les territoires nouvellement occupés et incitera des dialogues politiques avec les forces opposées pour surmonter les divergences qui compliquent la crise et permettent aux puissances étrangères de s'ingérer dans les affaires intérieures.



Le retour de la Syrie dans la Ligue arabe sera le résultat final de la restauration de ses relations avec les pays arabes, tandis que la victoire réaliste et définitive et le dépassement de la crise seront le jour où les forces étrangères partiront, et tandis que les choses iront vers un règlement politique avec la Turquie pour retirer, il n'est pas prêt à s'engager dans des batailles avec les forces américaines et à faire pression sur elles pour qu'elles se retirent, et qui Un accord politique avec les factions kurdes renforcerait la position de Damas, car les États-Unis dépendent des divisions arabo-kurdes pour leur existence.



La Syrie entre dans une nouvelle phase, qui ne signifie pas la fin de la crise, mais plutôt le début du long chemin vers la restauration de la pleine souveraineté nationale, la cohésion sociale, la reconstruction et le développement, qui sont des défis difficiles avec le blocus économique imposé par le " Acte de César".



Ces développements contredisent les intérêts américano-sionistes et sont considérés au niveau international comme une victoire de l'axe russo-chinois-iranien et de l'axe de la résistance. Nul doute que l'entité sioniste doublera les attaques et que les États-Unis exerceront davantage pressions sur les pays arabes pour les détourner de cette voie, et peut-être davantage de sanctions économiques Sur Damas, et soutien aux tendances séparatistes kurdes.

Le début de la percée



Au cours des trois dernières années, la Syrie a été dans un état de stagnation et de division réelle, et sur la base de cette réalité, l'entité sioniste a lancé des attaques contre la Syrie dans le cadre de sa stratégie agressive de « contrecarrer les menaces précoces », car les sionistes supposent que l'Iran consolide sa présence en Syrie avec la faiblesse de l'État central et représente ainsi une menace pour l'entité.



À partir de la mi-janvier (2023), des signes ont commencé à indiquer que la diplomatie de guerre syrienne est à nouveau en mouvement, avec les efforts du régime "Parti de la justice et du développement" en Turquie vers un rapprochement avec Damas et une alliance avec lui contre ce qu'ils considèrent comme la région kurde contrôlé par le PKK. Il semble qu'Ankara, en raison de sa situation économique et comme une sorte de recherche de victoires extérieures qui renforceront la prochaine élection d'Erdogan, ait commencé à penser à rendre sa zone de contrôle à Damas dans le cadre de ce rapprochement, alors qu'en les dernières semaines de l'année dernière (2022 après JC) Recep Tayyip Erdogan menaçait de lancer une attaque Une nouvelle campagne militaire contre les Kurdes syriens, et quand il n'a pas trouvé de soutien international, il a arrêté cette étape et s'est dirigé vers un rapprochement avec Damas pour atteindre le même résultat.



Les tremblements de terre et les répliques continus ont eu un effet dévastateur sur la Syrie, et les villes du nord-ouest de la Syrie ont été témoins de grands effets, d'autres régions de la Syrie, y compris les villes d'Alep, Lattaquié et Hama. Un nouveau creux avant une légère reprise, qui a conduit à une hausse l'inflation et l'augmentation de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire.



Quatre jours après le tremblement de terre, le président al-Assad et son épouse se sont rendus dans la ville d'Alep frappée par le tremblement de terre et ont rendu visite aux blessés dans les hôpitaux locaux. .



Après le tremblement de terre, ce qu'on pourrait appeler la diplomatie sismique est apparue, événement préparatoire à l'émergence de changements de politique régionale vis-à-vis de Damas.



Rétablir les relations avec le Sultanat d'Oman



Le 20 février 2023, le président syrien Bachar al-Assad a effectué sa première visite arabe en 12 ans, et ce fut le début de l'isolement régional.



Le sultanat d'Oman faisait partie des pays qui ont retiré leurs ambassadeurs de Syrie en 2012. Cependant, Mascate a maintenu des contacts diplomatiques avec Damas et, en 2020, il est devenu le premier pays du Golfe à renvoyer son ambassadeur en Syrie.



Les États arabes ont rapidement dégelé leurs relations avec Assad après le tremblement de terre, notamment l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui ont retiré leur boycott diplomatique du gouvernement syrien et envoyé de l'aide à la Syrie au lendemain du tremblement de terre.



Rétablir les relations avec les EAU



Le 21 mars (2023), Al-Assad s'est rendu aux Émirats arabes unis après avoir visité le Sultanat d'Oman le mois dernier. Il a reçu le président des Émirats arabes unis Bashar Al-Assad et a déclaré: "Nous avons eu des entretiens constructifs visant à développer les relations bilatérales et les moyens de renforcer la coopération pour accélérer la stabilité et le progrès en Syrie et dans la région." Les Émirats arabes unis se sont engagés à fournir plus de 100 millions de dollars pour aider la Syrie frappée par le tremblement de terre, et le ministre émirati des Affaires étrangères est devenu le premier haut responsable arabe à se rendre en Syrie.



La visite d'Al-Assad représente une continuation du dégel continu dans les relations arabes avec la Syrie.La visite d'Al-Assad était différente en termes d'accueil chaleureux qu'il a reçu des Emiratis, et le moment et les objectifs du voyage.



Mohammed bin Zayed a rencontré Al-Assad à l'aéroport d'Abu Dhabi, accompagné de Tahnoun bin Zayed, le conseiller émirati à la sécurité nationale, et d'autres hauts responsables. Le président syrien était également accompagné d'une délégation de ministres, comme la délégation syrienne à l'économie et au commerce extérieur.



La visite d'Al-Assad avait deux objectifs principaux : le premier est politique car Abu Dhabi a une importance stratégique dans la région et est considéré comme un acteur majeur. De plus, il a une grande influence dans les instances décisionnelles internationales, et on pense que les Émirats arabes unis peuvent jouer un rôle central pour briser la glace dans les relations entre la communauté internationale et la Syrie et réduire les sanctions occidentales.



Quant au deuxième objectif, il peut être considéré comme économique, car Damas essaie de faire d'Abu Dhabi sa porte d'entrée économique vers le monde extérieur et de restaurer son statut économique, qui a souffert de nombreux problèmes il y a des années sous l'influence du blocus américain et de la tremblement de terre récent.



Damas espère que la réconciliation régionale ouvrira la voie à l'investissement tant attendu dans la reconstruction du pays dévasté, cependant, les analystes disent que la réalisation de cette demande est peu probable à l'heure actuelle.



Le 23 mars (2023), pour incarner cette nouvelle politique, les Émirats arabes unis ont appelé à une nouvelle approche dans le traitement de la Syrie.

C'est ce qu'a déclaré l'ambassadeur Muhammad Abu Shehab, représentant permanent adjoint des Émirats arabes unis auprès des Nations Unies, en disant : "Le moment est venu de passer à une nouvelle étape de stabilité et de développement en Syrie, et pour les pays de tourner les pages du désaccord pour aborder la crise syrienne, loin de la polarisation et des divisions du système international, car nous ne devons pas adhérer aux positions traditionnelles et rigides qui font la distinction entre les Syriens à Damas et les Syriens à Idlib. »



Le retour des relations syro-saoudiennes



En mai 2021, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a évoqué la volonté de son pays d'établir des relations distinguées avec l'Iran.Les médias de l'époque ont révélé des rencontres secrètes entre des responsables saoudiens et syriens, en prélude au rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays.



À l'époque, le journal Rai al-Youm citait des sources diplomatiques syriennes disant qu'une délégation saoudienne dirigée par le chef des services de renseignement saoudiens, le lieutenant-général Khaled al-Humaidan, s'était rendue à Damas lundi dernier et avait rencontré le président syrien Bachar al-Assad et le président syrien. Vice-président chargé des affaires de sécurité, le général de division Ali al-Mamlouk.



Les indications sont revenues avec la visite du président syrien Bachar al-Assad en Russie, au milieu de ce mois (14 mars 2023), où il a fait plusieurs déclarations positives envers l'Arabie saoudite.



Où il a dit que la politique saoudienne avait pris une tournure différente envers la Syrie ces dernières années, et il a dit qu'elle n'était pas en train de s'ingérer dans les affaires intérieures et ne soutenait aucune des factions en Syrie.



Dans la même interview avec Russia Today, al-Assad a clairement indiqué que la Syrie n'est plus une arène pour un conflit saoudo-iranien, comme c'était le cas à certaines étapes et par certaines parties.



Dans la même interview, al-Assad a décrit le rapprochement saoudo-iranien comme une "merveilleuse surprise" et a déclaré que l'accord saoudo-iranien doit refléter positivement la région en général et affectera sans aucun doute la Syrie.



Concernant le retour à la Ligue arabe, Al-Assad a précisé que Damas ne voit pas que la coopération bilatérale est moins importante que le retour à la Ligue arabe. Et que retourner dans une université n'est pas une fin en soi si la Syrie n'est pas un lieu de consensus et pas un lieu de division, soulignant que l'objectif est une action arabe commune.



Le 23 mars 2023, Riyad et Damas ont convenu d'entamer des pourparlers entre eux pour reprendre les services consulaires, comme l'a confirmé le ministère saoudien des Affaires étrangères, isoler la Syrie, et qu'un dialogue avec Damas s'impose à un moment donné.



Le 24 mars (2023 après JC), Reuters a cité trois sources affirmant que la Syrie et l'Arabie saoudite avaient accepté de rouvrir leurs ambassades après avoir rompu leurs relations diplomatiques il y a plus de dix ans.



Selon le journaliste Abdel Bari Atwan, voici un historique du récent accord : « En 2017, lorsque les autorités saoudiennes se sont complètement désengagées de l'opposition syrienne, ont fermé son bureau et ont demandé à tous ses employés, y compris son patron, de quitter le pays. .. En septembre 2020, l'Arabie saoudite a fait passer des camions de marchandises syriennes traversant ses terres vers le Golfe, en décembre 2020.. La visite de M. Mohammed Martini, le ministre syrien du Tourisme, à Riyad, à la tête d'une délégation pour participer lors d'une réunion de l'Organisation mondiale du tourisme.La plus grande percée a eu lieu en mai 2021, représentée par des discussions sur un vœu saoudo-iranien à Damas.



l'examinateur :



lantidiplomatico :"Le dégel des glaces syriennes. Les objectifs du voyage d'Assad aux Emirats" 20 mars 2023

Sputnik Arabic : Journal : « Une délégation saoudienne se rend à Damas et rencontre le président Bachar al-Assad en préparation du retour des relations saoudo-syriennes. 2 septembre 2021

Russia Today : EAU : Activer le rôle arabe dans la résolution de la crise syrienne est indispensable pour la stabilité. 23 mars 2023

Russia Today : Al-Assad à RT : Riyad a adopté une approche différente envers Damas il y a des années (vidéo). 16 mars 2023

Russia Today : Al-Assad décrit le rapprochement saoudo-iranien comme une « merveilleuse surprise ». Rencontrera-t-il le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane ? 16 mars 2023

Russia Today : Comment l'Arabie saoudite et la Syrie ont-elles accepté de reprendre leurs relations ? 23 mars 2023

Sanaa - Saba : Rapport - Anas Al-Qadi



Traduit par



A.A.A.



resource : saba

Whatsapp
Telegram
Print

  more of (Enquêtes et reportages)
Mis a jour le: Samedi 25 Mai 2024 21:22:50 +0300