Agence de Presse Yéménite (SABA)
 Page principale   Chef de la révolution   le président   Locales   Internationale   L‘agression Américain saoudienne   Economie   Galerie de photos   Vidéothèque  
Deutsch | English | عـربي | RSS Feed
Recherche | Recherche avancé
 
  Locales
Un stand de protestation à Bayda condamne l'incendie d'exemplaires du Saint Coran
[Mardi 07 FÈvrier 2023]
Un stand à Khadir, Taiz, condamne l'incendie d'exemplaires du Saint Coran et la détention de Marwa Al-Sabri
[Mardi 07 FÈvrier 2023]
Al-Hamli rencontre le directeur exécutif adjoint du Programme alimentaire mondial
[Lundi 06 FÈvrier 2023]
Une réunion des dirigeants d'Ansar Allah et du Congrès discutent des développements sur la scène nationale
[Lundi 06 FÈvrier 2023]
Sharaf rencontre le directeur exécutif adjoint du PAM
[Lundi 06 FÈvrier 2023]
 
  Enquêtes et reportages
Boycotter les pays qui offensent l'Islam, le Coran, le Prophète Muhammad et les saintetés est le devoir de chaque homme et femme musulman : rapport
[Dimanche 05 FÈvrier 2023]
Le mouvement politique contre les efforts de paix omanais
[Lundi 30 Janvier 2023]
La dépendance de l'Europe à l'égard de l'hégémonie américaine…une Réalité amère: rapport
[Lundi 30 Janvier 2023]
Statut des femmes en Amérique et en Occident … Faux slogans et mauvaise réalité : rapport
[Vendredi 27 Janvier 2023]
Le lobby sioniste ('israélien') et son impact sur la politique étrangère ''américaine'' : rapport
[Jeudi 12 Janvier 2023]
 
  L‘agression Américain saoudienne
Réception du prisonnier libéré Sadiq Moftah à Ibb
[Mardi 07 FÈvrier 2023]
Un citoyen tué et deux blessés via le bombardement saoudien de Shada à Saada
[Mardi 07 FÈvrier 2023]
72 violations des forces d'agression ont été enregistrées à Hodeidah au cours des dernières 24 heures
[Dimanche 05 FÈvrier 2023]
Un citoyen et six immigrés africains ont été blessés par des tirs de l'armée saoudienne à Saada
[Dimanche 05 FÈvrier 2023]
85 violations des forces d'agression ont été enregistrées à Hodeidah au cours des dernières 24 heures
[Samedi 04 FÈvrier 2023]
 
  Société civile
Des initiatives communautaires soutenues dans le district de Maqbana à Taiz avec du ciment
[Vendredi 30 DÈcembre 2022]
Le ministère iranien des Affaires étrangères condamne l'ingérence de Macron
[Samedi 15 Octobre 2022]
Le ministère des Affaires des expatriés discute du plan de vision national pour l'année 1444 de l'Hégire
[Dimanche 25 Septembre 2022]
Réunion au Conseil de la Choura pour discuter des problèmes des femmes
[Mercredi 07 Septembre 2022]
Le chef de l'ANSCC appelle les médias à contrer les rumeurs dans le traitement des affaires de corruption
[Mardi 06 Septembre 2022]
  Internationale
Down Association : exprime sa déception face au non-lieu d'un procès accusant ben Salmane d'être impliqué dans le meurtre de Khashoggi
Down Association : exprime sa déception face au non-lieu d'un procès accusant ben Salmane d'être impliqué dans le meurtre de Khashoggi
Down Association : exprime sa déception face au non-lieu d'un procès accusant ben Salmane d'être impliqué dans le meurtre de Khashoggi
[07/DÈcembre/2022]

SANAA Décembre 07. 2022 (Saba) - Sarah Leah Whitson, directrice de la Down Association (Démocratie pour le monde arabe maintenant) a exprimé aujourd'hui, mardi, sa déception face au rejet d'une action en justice accusant le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman d'être impliqué dans le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.



Commentant la décision du juge fédéral américain John Bates, Whitson a déclaré : « Nous sommes déçus de cette décision et nous examinerons toutes les options possibles afin de poursuivre nos procédures judiciaires ciblant le comportement criminel de Muhammad bin Salman.



Plus tôt dans la journée, le juge fédéral américain John Bates a rejeté une action en justice accusant ben Salmane d'être impliqué dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.



Bien que le juge ait estimé que le procès comportait des arguments « forts » et « dignes » impliquant ben Salmane dans le crime, il l'a rejeté car ce dernier bénéficie d'une immunité judiciaire qui l'empêche d'être poursuivi devant les tribunaux américains, puisqu'il est le chef du gouvernement de un pays étranger.



La décision du juge est conforme à la position de l'administration américaine, qui a estimé que le prince héritier saoudien, qui "préside le gouvernement d'Arabie saoudite" depuis septembre dernier, bénéficie d'une immunité judiciaire qui l'empêche d'être poursuivi devant les tribunaux américains, car il est le chef du gouvernement d'un pays étranger.



Bates a déclaré que le procès civil intenté par la fiancée de Khashoggi, Khadija Gengis, et son association, "Down", contenait des arguments "forts" et "appréciés" selon lesquels le prince Mohammed bin Salman était à l'origine du meurtre de son compatriote, le journaliste.



Toutefois, le juge a estimé qu'il n'avait aucune autorité pour contredire la position de l'administration américaine, qui a été officiellement communiquée au tribunal le 17 novembre, selon laquelle le prince Muhammad bin Salman jouit de l'immunité en tant que chef de gouvernement d'un pays étranger.



Selon le juge Bates, même si le prince Muhammad bin Salman n'a été nommé à la tête du gouvernement saoudien qu'il y a quelques semaines, la branche exécutive de l'administration américaine reste "responsable des affaires étrangères, y compris l'Arabie saoudite, et la délivrance de cette cour contredire l'immunité de ben Salmane." pour interférer indûment avec ces responsabilités.



Cependant, le juge a reconnu que les allégations " dignes de confiance " concernant le meurtre et le moment de la nomination de ben Salmane au poste de Premier ministre, en plus du moment de la notification que l'administration américaine a remise au tribunal, l'ont tous mis " mal à l'aise ".



Mais il a souligné qu'il n'avait pas d'autre choix.



Et le prince saoudien, qui occupait auparavant, en plus du mandat du pacte, les postes de vice-Premier ministre et de ministre de la Défense, a été nommé Premier ministre par un décret royal publié fin septembre, ce qui a suscité l'inquiétude des militants des droits de l'homme selon lesquels la nomination protégerait le jeune prince des poursuites devant les tribunaux étrangers.



L'assassinat du journaliste et critique saoudien Jamal Khashoggi au consulat du royaume à Istanbul il y a quatre ans a porté atteinte à la réputation du fils du monarque saoudien. Biden s'était engagé lors de sa campagne électorale à faire du royaume un "paria" sur le cas de Khashoggi, qui résidait aux Etats-Unis.



L'année dernière, Biden a déclassifié un rapport de renseignement suggérant que ben Salmane avait donné son feu vert à l'opération contre Khashoggi, ce que les autorités saoudiennes démentent.



A. A.A.



resource : Saba

Whatsapp
Telegram
Print

  more of (Internationale)
Mis a jour le: Mardi 07 FÈvrier 2023 11:51:35 +0300