Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche
Vaste critique de la visite de Macron en Arabie saoudite et de sa rencontre avec ben Salmane

Vaste critique de la visite de Macron en Arabie saoudite et de sa rencontre avec ben Salmane

[Dimanche 05 DÈcembre 2021]

SANAA, 5 Dec. (Saba) - La visite du président français Emmanuel Macron en Arabie saoudite et sa rencontre avec le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui est qualifié de pointage du doigt pour massacrer des civils yéménites, tuer des journalistes, menacer des militants, emprisonner des femmes défenseures des droits humains et tromper la communauté internationale, a attiré de nombreuses critiques, selon plusieurs groupes de défense des droits.

 

Macron a conclu sa tournée du Golfe par une visite en Arabie saoudite et sa rencontre avec Mohammed ben Salmane.

 

Le président français Macron est le premier grand dirigeant de pays occidental à se rendre en Arabie saoudite depuis le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et la pandémie de Corona l'année dernière, qui ont anéanti les espoirs de Riyad d'accueillir les dirigeants du Groupe des Vingt lors de sa présidence du groupe en 2020 .

 

Plusieurs groupes de défense des droits humains ont critiqué la décision de Macron de se rendre en Arabie saoudite et de rencontrer ben Salmane, qui serait la première réunion publique d'un grand dirigeant occidental avec le prince depuis le meurtre de l'éminent journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, en 2018.

 

Et le journal britannique « The Guardian » a estimé que les dirigeants des pays occidentaux avaient évité, pendant 3 ans, les rencontres directes avec le prince héritier saoudien, dont le président américain Joe Biden, alors que son administration annonçait qu'elle limiterait sa communication avec Riyad par l'intermédiaire du roi. Salman ben Abdelaziz.

 

La visite de Macron indique qu'au moins un grand dirigeant occidental est prêt à rétablir formellement les relations avec le prince héritier directement, moins d'un an après que les agences de renseignement américaines ont publié un rapport selon lequel elles pensaient que le prince Mohammed ben Salmane avait approuvé le meurtre de Khashoggi.

 

« Quel que soit l'intérêt stratégique de la France en Arabie saoudite, rien ne peut justifier de donner » une légitimité à un dirigeant qui massacre des civils yéménites, tue des journalistes et menace des militants, emprisonne des femmes défenseures des droits humains et trompe la communauté internationale. »

 

Human Rights Watch a également critiqué la rencontre entre Macron et ben Salmane à propos du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et dans le contexte de l'agression contre le Yémen, et a estimé que Macron avait poli l'image de ben Salmane.

 

Mais Macron a anticipé sa visite dans le royaume en affirmant qu'il s'agit « d'une puissance régionale qui ne peut être exclue, malgré le mécontentement de son pays à l'égard des dossiers liés aux droits de l'homme qui s'y trouvent ».

 

Le communiqué de l'organisation indique que la France a continué « obstinément » à exporter des armes vers l'Arabie saoudite, ce que Human Rights Watch a considéré comme un défi pour les experts des Nations Unies qui ont appelé la France et d'autres à arrêter les exportations d'armes vers la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite parce qu'elle utilise ces armes pour commettre « des attaques illégales et des crimes de guerre ».

 

Concernant les dossiers relatifs aux droits humains, Human Rights Watch a déclaré : « Nous nous opposons au soutien de la France aux Émirats arabes unis et à l'Arabie saoudite, dont les dirigeants n'ont pas réussi à améliorer leur bilan désastreux en matière de droits humains, malgré des campagnes de relations publiques dans les deux pays visant à se présenter comme progressistes et pays tolérants au niveau international.

 

"Les présumées ventes d'armes françaises au nom de la lutte contre le terrorisme et au détriment des droits de l'homme resteront une honte pour le bilan diplomatique de Macron", conclut le communiqué de l'organisation.

 

"Que ce soit le but ou non, (cette visite) contribue à la politique de réhabilitation du prince saoudien", a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International. "Ce qui me fait mal, c'est que la France, pays des droits de l'homme, soit l'instrument de cette politique", a-t-elle ajouté.

 

En septembre 2020, un tribunal saoudien avait condamné huit personnes à des peines de prison allant de sept à 20 ans, sans révéler l'identité d'aucun des vrais condamnés dans l'affaire.

 

En revanche, après avoir accusé Macron d'avoir tenté de "réhabiliter" le prince Mohammed, son bureau a défendu la réunion, déclarant aux journalistes que l'Arabie saoudite est "un acteur majeur dans la région", soulignant que la France aura un "dialogue obligatoire" avec le Royaume.

 

 

 

A. M.


Ressource : Saba

  more of (L‘agression Américain saoudienne)