Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche
Président interviewé par Al Masirah TV : Le 21 septembre est une révolution yéménite avec distinction et sans tutelle

Président interviewé par Al Masirah TV : Le 21 septembre est une révolution yéménite avec distinction et sans tutelle

[Lundi 20 Septembre 2021]

SANAA, 20 Sept. (Saba) - Son Excellence le maréchal Mahdi Al-Mashat, président du Conseil politique suprême, a souligné le dimanche que la révolution du 21 septembre est une révolution yéménite indépendante par excellence, sans tutelle sur elle.

 

Dans une interview avec la chaîne satellite Al Masirah, diffusée ce soir, le président  a indiqué que la fermeté légendaire jusqu'à présent, et la cohésion des institutions de l'État, est la plus grande réussite de la révolution du 21 Septembre.

 

Il a souligné que la coalition d'agression ‘US-saoudienne’ a tenté d'affaiblir et de briser cette révolution, mais d'où elle ne sent pas les forces de son pilier, et aujourd'hui elle est solide, non sujette à se plier ou à se briser. Soulignant que l'agression contre le Yémen a préparé pour cela depuis que Sayyed  Hussein Badr Al-Din Al-Houthi a commencé avec le premier cri des montagnes de Maran.

 

Le chef du Conseil politique suprême a réitéré que ‘l'Amérique’ est derrière le crime contre le peuple yéménite.

 

En réponse à une question sur la position du Yémen après ces années d'agression, le président a déclaré : niveau normal que le Yémen a atteint."

 

Concernant la guerre économique, le Président a précisé que la bataille est une. La bataille militaire a ses hommes qui ont fait leurs preuves, et le Monde en est témoin, et la bataille économique a ses hommes, et le front économique va gagner tout comme le front militaire a gagné.

 

l'affaire palestinienne:

 

En ce qui concerne la cause palestinienne, le président a expliqué que la révolution du 21 septembre est la révolution de tous les opprimés du monde arabe et islamique, et qu'à cette faiblesse s'ajoute la cause palestinienne... soulignant que la situation en Palestine est une priorité absolue pour cette révolution yéménite bénie.

 

Il a déclaré : « Plus la pression sur nous augmente, plus nous aspirons à nos frères en Palestine et à la cause palestinienne, et nous savons que ce à quoi nous sommes confrontés est le prix de notre position libératrice, claire et franche sur la cause palestinienne. »

 

Nomination des délégués :

 

Concernant la nomination des envoyés au Yémen, le président a déclaré : « Je pense que choisir un envoyé ou changer d'envoyé n'est pas une indication. Avant de changer l'envoyé précédent, nous avons pris la décision de ne pas traiter ces changements. est l'Organisation des Nations Unies, quel que soit son envoyé."

 

 

 

Il a souligné que, malheureusement, les Nations Unies ont eu jusqu'à présent un rôle spécifique décrété par les puissances coloniales qui ont établi cette assemblée, y compris couvrir la poursuite de l'agression. avec lui au regard de l'échec de l'envoyé précédent. » Ne pas permettre aux forces d'agression d'utiliser la carte des envoyés pour reculer et recommencer.

 

Il a souligné que l'ancien envoyé a échoué sur une question importante et a annoncé sa position à ce sujet lors du récent briefing au Conseil de sécurité, à savoir la nécessité d'entrer dans les navires et de lever le blocus terrestre et aérien, et les pays d'agression sont les raison de son échec et leur incapacité à lui répondre dans ces demandes qu'il juge justes.

 

Le fichier humain :

 

Le président du Conseil politique suprême a réitéré le rejet absolu de toute négociation ou initiative qui porterait dans son contenu le troc du dossier humanitaire avec les politiques et les militaires et les douanes.

 

Il a ajouté : "Ce qui se dit en coulisse, c'est l'insistance des instances internationales sur le troc, malgré leur conviction que nos propos sont logiques".

 

Visite de la délégation omanaise :

 

  • Concernant la visite de la délégation omanaise, le président a précisé que les Omanais nous ont fait part d'un désir ‘saoudien’ d'un niveau supérieur d'arriver à une solution, mais malheureusement vous êtes surpris que ce désir change et cela se passe à plusieurs reprises.

 

Il a déclaré: "Ce qui s'est passé, c'est une volonté ‘saoudienne’ d'intervention des frères omanais, qui, depuis le début de la première étincelle d'agression contre notre pays, ont poussé vers la paix, et ils n'ont pas hésité à répondre à cette volonté ‘saoudienne’ de avoir une intervention et un rôle. Ils sont venus nous présenter l'idée, et nous leur avons expliqué les détails de tout ce qui s'était passé et ils ont enregistré tous les points que nous avons soulevés et les ont transférés aux ‘saoudiens’, et les efforts se poursuivent toujours jusqu'à présent, mais le désir roule selon les développements internationaux, et selon les données du côté de la coalition d'agression ‘US-saoudienne’.

 

Chef de l'initiative Révolution :

 

Le président a souligné que la bataille de Marib est une bataille pour libérer une partie importante, stratégique et importante de la patrie, et parmi les résultats lorsque les frères omanais sont venus et ont visité ici, le chef - que Dieu le protège - a présenté l'initiative avait-il récemment annoncé.

 

Il a ajouté : « Nous avons donné à la délégation omanaise une logique, une rationalité et une approche équitable.

 

Il a souligné que les Omanais étaient dépeints à l'image de tout ce qui se passe, et du souci de la paix, et l'autre partie brandit le slogan de la paix alors qu'elle pratique le contraire, car elle demande en coulisses de renverser ce qu'elle dit dans les médias... Constatant que " la condamnation de la délégation omanaise au départ n'est plus ce qu'elle était. " A l'arrivée, nous leur avons expliqué toutes les données.

 

Il a souligné que le désir ‘saoudien’ était temporaire et a commencé à changer, en raison de changements internationaux qui les ont empêchés de précipiter quelque chose dans cet aspect, y compris les développements en Afghanistan, car les Américains et les Saoudiens ont un lien avec les événements en Afghanistan.

 

Sur la voie des négociations et de la déclaration du ministre omanais des Affaires étrangères selon laquelle la paix au Yémen est proche, le président  a déclaré : « Il n'y a actuellement aucun horizon pour une solution politique autre que les efforts limités et hésitants entre ‘l'Arabie saoudite’ et Oman », notant que les récents changements sur le plan militaire soumettront les pays d'agression à se soumettre à une paix véritable.

 

En ce qui concerne l'intérêt des parties régionales et internationales dans la situation à Marib, le président a expliqué que le sale rôle américain et britannique est derrière le fait de cibler en premier lieu la liberté, la dignité et la richesse de la région arabe et islamique. Il a souligné que le bruit international à propos de Marib n'est qu'un mensonge et qu'il est inhumain, plutôt le bruit de voleurs passionnés par le pillage du pétrole.

 

Il a dit : "Toute partie occupée du sol de la patrie tombe sur nos épaules pour la libérer, que ce soit à Marib ou dans n'importe quelle zone sous occupation."

 

Chef de l'initiative Révolution :

 

Concernant l'initiative du Chef de la Révolution, et si elle est toujours en cours, le Président a indiqué que « les choses, en vertu de notre connaissance de cet ennemi brutal, font l'objet d'opérations sur le terrain.

 

Il a déclaré: "L'option militaire est la dernière option que nous ayons. Nous avons proposé l'option de la paix, et cela nous avons dit aux Saoudiens et aux Nations Unies, même de manière indirecte aux Américains, que l'option militaire que nous avons à Marib est la dernière option. Nous avons des points logiques, et quiconque a une réponse logique à ce que nous avons présenté dans cette initiative est gentiment pour la discussion, et malheureusement, même la discussion et la réponse sur cette question n'ont pas eu lieu. »

 

Il a souligné que « la question à Marib est très, très sensible pour les ‘américains’ et les Britanniques, et elle a des degrés d'importance, par exemple, les mercenaires du parti Islah (Frères muslumans) et les mercenaires yéménites peuvent avoir un certain champ dans un dossier, mais dans un dossier particulier qu'ils ne considèrent pas de nombre, les Saoudiens et Emiratis peuvent être à leur place devant Ce dossier. Les Britanniques se concentrent sur cette question pour rester sous le contrôle de leurs clients.

 

Le président Al-Mashat s'est adressé aux habitants de Marib en disant : " La bonté de nous tous réside dans l'initiative présentée par le chef. Tant mieux pour eux, et c'était juste, même si nous sommes debout sur les murs de la ville de Marib.

 

opérations de dissuasion :

 

Le président  a souligné que les opérations de dissuasion dans les profondeurs saoudiennes s'inscrivent dans le contexte des opérations de grande douleur de la première opération à l'infini, et dans le cadre de la politique à long terme, et qu'elles se poursuivront dans le contexte ascendant - Dieu consentant... indiquant que tant que l'agression et le siège continuent, toutes les options sont ouvertes Et toutes les surprises.

 

Il a souligné que la piste militaire n'est pas soumise à l'humeur de l'opinion publique. C'est le commandant militaire qui détermine quand frapper et combien.

 

Et il a indiqué que les ‘saoudiens’ et les ‘émiratis’ sont un outil pour mettre en œuvre l'agenda ‘américain’ et ‘britannique’ dans la région, que ce soit dans le dossier yéménite ou autre, et ils sont à un niveau du rôle qu'ils sont tenus de mettre en œuvre.

 

La situation dans les provinces du sud :

 

Le président a évoqué la situation dans les gouvernorats du sud occupés, notant que « ce qui bouleverse l'âme, c'est la condition du citoyen dans ces régions, ce que nous disons depuis le premier jour de l'agression, et la réalité s'est avérée ce que nous proposions."

 

Il a dit : « Les mouvements qui ont eu lieu à Aden dans la période récente, et dans de nombreux domaines, étaient plus de caractère qu'une révolution exigeant le service, mais plutôt une révolution qui a rejeté l'occupation, ce qui signifie que le citoyen a commencé à comprendre et à comprendre ce que nous demandions que tant qu'il y aura de l'occupation, il y aura beaucoup de détails sur ce qui se passera, y compris la faim et la situation misérable, y compris les services.

 

Il a souligné que l'occupation ne se soucie d'aucun citoyen et ne veut le bien d'aucun citoyen yéménite, ni dans le nord ni dans le sud, mais a plutôt une politique hégémonique et une volonté arrogante, qui n'apporte aucun bien pour les gens de notre pays.

 

Il a souligné que 75 à 80% des richesses du peuple yéménite vont dans les pays de l'agression, et qu'un groupe de voleurs rentre dans leurs poches pour acheter des villas, des palais et des crédits à l'étranger. Notant que le chiffre du budget n'est actuellement pas égal à 7% des capacités qui ont été étudiées avant la coalition d'agression ‘US-saoudienne’.

 

Concernant le délai fixé pour les trompés, le président  a précisé que des mesures strictes seront prises aux niveaux familial et tribal envers chaque traître et client, et que la porte de l'amnistie générale ne restera pas ouverte indéfiniment et sera fermée.

 

Postes de réalisation :

 

Le président a indiqué que l'État est géré avec des revenus minimes. et la situation s'est stabilisée."

 

Sur la voie de la construction de l'État, le président a affirmé que tout ce qui s'est passé au niveau militaire et au niveau de la construction de l'État était le résultat d'un effort acharné. Il y a beaucoup de détails que je ne peux pas aborder dans une interview ou dans un discours. cela n'a pas changé avec une baguette magique, mais a changé avec des efforts acharnés et une forte volonté.

 

Il a souligné que le Yémen est passé du stade de la défense au niveau militaire au stade de l'attaque, et c'est une chose concrète que personne ne peut nier. Il a déclaré : « Sur le plan économique, l'ennemi était l'ambassadeur américain lui-même. Nous avons été informés au Koweït que tel jour dans tel mois, il y aurait un effondrement."

 

Il a souligné que, "Cinq ans après cette menace, nous avons arrêté l'effondrement de l'aspect économique, cette conspiration a été déjouée, et la situation s'est stabilisée, puis la roue de l'économie a avancé, et tout cela ne s'est pas produit avec un vœu pieux. , mais avec d'énormes efforts et actions."

 

Police étrangère:

 

En ce qui concerne la rupture de l'isolement imposé par les forces d'agression au Yémen, le président a précisé que les dirigeants de Sanaa ont un programme dans ce contexte. Il a déclaré : « Nous avons plus de trois ou quatre pays qui ont informé nous ces dernières semaines qu'ils sont prêts à traiter avec nous, nous avons donc une piste Et un plan, des politiques et des objectifs dans ce contexte, et le résultat sera tangible.

 

Il a souligné que ces pays ont réalisé qu'il existe un État et une base de masse solide sur laquelle l'arsenal de la meilleure technologie au monde a été écrasé. Il a déclaré : « La situation dans laquelle nous nous trouvons est devenue, grâce à Dieu Tout-Puissant et les efforts des hommes, un miracle d'une manière qui n'est pas considérée comme surprenante le rôle de tout parti qui se tourne ou demande Que se passe-t-il au Yémen ?

 

 a indiqué que « le port de Hodeidah a été fermé, car nous avons alloué les revenus de ce port en faveur du salaire, et il y a un complot contre le salaire de l'employé d'Amérique et de Grande-Bretagne, et c'est lui qui tenait ce dossier ." Il a déclaré: "Nous travaillerons dur - si Dieu le veut - pour fournir le maximum de revenus possibles et disponibles.

 

Décrivant le moment du martyre du président Al-Sammad, le président  a déclaré : et je n'ai pensé à l'ampleur et à la grandeur de cette responsabilité qu'après avoir vidé les peines petit à petit."

 

À l'issue du dialogue, le Président a appelé le peuple yéménite, qu'il s'agisse de responsables, de militaires et de sécurité, à aiguiser leur détermination et à faire de cette occasion bénie une occasion de réévaluer notre situation, d'arranger nos conditions, de maintenir la fermeté et la cohésion du front intérieur, et renforcer tous les facteurs de fermeté, chacun dans une position de responsabilité, tout le monde est concerné. En renforçant les facteurs de fermeté, la victoire viendra à notre peuple qui y aspire et y aspire - si Dieu le veut.

 

 

 

A. A. Mohammed

 


Ressource : Saba

  more of (le président)