Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche
Al-Adhari: les Nations Unies n'ont pas répondu aux demandes répétées des Yéménites de libérer les navires pétroliers

Al-Adhari: les Nations Unies n'ont pas répondu aux demandes répétées des Yéménites de libérer les navires pétroliers

[Vendredi 31 Juillet 2020]

SANAA, 31 Juillet (SABA) - Le PDG de la Yemen petroleum company, l'ingénieur Ammar Al-Adrai, a renouvelé vendredi l'invitation aux fils du Yémen qui sont à l'étranger à faire la queue avec leurs frères et enfants chez eux pour empêcher la coalition  d'agression US-saoudienne de continuer la piraterie sur les navires dérivés du pétrole.

 

Il a indiqué lors de la remise du bureau de l'ONU une déclaration de condamnation et de condamnation de la compagnie pétrolière yéménite concernant la détention continue de navires dérivés du pétrole par les pays de l'agression, que les Nations Unies n'ont pas répondu aux demandes répétées du peuple yéménite de libérer les navires dérivés du pétrole.

 

Il a déclaré: "Leur refus de payer la moitié du salaire est un crime qui s'ajoute au crime de détenir des dérivés du pétrole, qui sont des matériaux de base, et la coalition continue d'insister pour empêcher les dérivés du pétrole d'atteindre les citoyens et les secteurs de services, même si les navires dérivés du pétrole sont soumis à l'inspection et à l'obtention du permis des Nations Unies."

 

Il a souligné que le navire Dinatsi avait été libéré après avoir détenu 129 jours et encouru des amendes de retard s'élevant à deux millions et 800 000 dollars à la charge du peuple yéménite.

 

"Ils veulent arrêter de dépenser la moitié du salaire qui est prélevé sur les recettes douanières et fiscales dans les gouvernorats libres, qui couvrent à peine un demi-salaire pendant une période de six mois, tandis que les revenus du pétrole brut contrôlés par l'Alliance Agression et Mercenaires couvrent plus de 85% du budget général de l'État, et nous ne savons pas où Le produit du pétrole brut qui peut couvrir les salaires des employés de l’État chaque mois va au secteur public dans toute la république.

 

Il  a expliqué que le crime de détenir des dérivés pétroliers était lié au décaissement de la moitié du salaire sous la supervision des Nations Unies, qui est un partenaire essentiel pour empêcher l'entrée des navires pétroliers au port de Hodeidah, et encouru des amendes de plus de 33 millions de dollars, soit plus de 18 milliards de riyals, soit plus de la moitié du salaire. Cela a été dépensé.

 

Et qu'il y a un navire qui a chargé du pétrole brut du port d'Al-Nashima à Shabwa à Singapour pour décharger environ un million et 50000 barils de pétrole brut d'une valeur estimée à 50 millions de dollars équivalant à 30 milliards de riyals, et qu'il y a un navire chargé au cours des quatre derniers jours qui est en mesure de couvrir le paiement du salaire pour tous Employés du secteur public.

 

Des données publiées par des organisations de la société civile, l'Union générale des syndicats de travailleurs yéménites et l'Union générale des propriétaires de stations pétrolières privées ont dénoncé le maintien en détention par la coalition d'agression de navires dérivés du pétrole et son refus d'entrer malgré l'obtention de permis des Nations Unies.

 

Les données tenaient l'Organisation des Nations Unies, ainsi que la coalition contre l'agression, pleinement responsables de la situation, du fait de l'interruption de tous les secteurs vitaux directement liés à la vie et aux moyens de subsistance des citoyens, en particulier les secteurs de la santé, de l'hygiène, de l'eau, de l'électricité, des transports et des communications.

 

Les déclarations ont également condamné le silence des Nations Unies concernant les pratiques arbitraires de la coalition d'agression et sa détention continue de navires dérivés du pétrole, ce qui aggrave les souffrances des Yéménites et leurs conditions de vie.

 

 


Ressource : SABA

  more of (L‘agression saoudienne contre le Yémen)