Agence de Presse Yéménite (SABA)
 Page principale   Chef de la révolution   le président   Locales   Internationale   L‘agression Américain saoudienne   Economie   Galerie de photos   Vidéothèque  
Deutsch | English | عـربي | RSS Feed
Recherche | Recherche avancé
 
  Locales
Plus de 60 violations commises par les forces de l'agression a Hodeïda en 24 heures
[Dimanche 26 Juin 2022]
Un navire étranger pille 400 000 barils de pétrole brut et quitte le port de Radhum à Shabwa
[Dimanche 26 Juin 2022]
Les forces d'agression ont commis 178 violations de l'armistice au cours des dernières 24 heures
[Dimanche 26 Juin 2022]
Le Centre d'action contre les mines continue d'installer des panneaux d'avertissement dans le district d'Al-Hawk
[Dimanche 26 Juin 2022]
Le Ministre des Transports est informé de l'avancement des travaux du Club de l'Aviation Civile et de la Météorologie
[Dimanche 26 Juin 2022]
 
  Enquêtes et reportages
Équivalent à trois mois de salaires, 180 milliards de riyals, le total des revenus pétroliers et gaziers pillés par des mercenaires US-saoudiens en mai dernier : rapport
[Lundi 13 Juin 2022]
Des manifestants congolais brandissent une photo de Poutine et l'appellent à protéger les Congolais
[Samedi 04 Juin 2022]
La composante "Socialistes contre l'agression" condamne l'assassinat du colonel Khadayi
[Jeudi 26 Mai 2022]
​La Palestine exige la restitution de tous les biens et antiquités volés par l'occupation et l'arrêt des fouilles
[Samedi 21 Mai 2022]
Le premier vol civil au départ de l'aéroport de Sanaa est une lueur d'espoir pour les patients
[Jeudi 19 Mai 2022]
 
  L‘agression Américain saoudienne
Plus de 60 violations commises par les forces de l'agression a Hodeïda en 24 heures
[Dimanche 26 Juin 2022]
Un navire étranger pille 400 000 barils de pétrole brut et quitte le port de Radhum à Shabwa
[Dimanche 26 Juin 2022]
Les forces d'agression ont commis 178 violations de l'armistice au cours des dernières 24 heures
[Dimanche 26 Juin 2022]
Le Centre d'action contre les mines continue d'installer des panneaux d'avertissement dans le district d'Al-Hawk
[Dimanche 26 Juin 2022]
Al-Sami'i et Begash participent à un événement à Taiz sur les dangers de la drogue
[Dimanche 26 Juin 2022]
 
  Société civile
Le Parlement approuve du projet d'amendement à certains articles de la loi sur les frais de justice
[Dimanche 26 Juin 2022]
Le président du Parlement félicite son homologue djiboutien à l'occasion de la fête nationale
[Dimanche 26 Juin 2022]
La destruction de plus de 28 tonnes de haschich et de deux millions de comprimés de Captagon à Sana'a
[Dimanche 26 Juin 2022]
Plus de 8 tonnes de haschisch, stupéfiants détruits à Sa'ada
[Dimanche 26 Juin 2022]
Discussion des interventions des partenaires humanitaires dans le gouvernorat de Marib
[Jeudi 23 Juin 2022]
  L‘agression Américain saoudienne
Dans une position de rejet de l'hégémonie américaine, plusieurs pays d'Amérique latine annoncent le boycott du prochain sommet de Los Angeles : rapport
Dans une position de rejet de l'hégémonie américaine, plusieurs pays d'Amérique latine annoncent le boycott du prochain sommet de Los Angeles : rapport
Dans une position de rejet de l'hégémonie américaine, plusieurs pays d'Amérique latine annoncent le boycott du prochain sommet de Los Angeles : rapport
[28/Mai/2022]

SANAA, 28 Mai (Saba) - Plusieurs chefs d'État latino-américains, dont le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador et le brésilien Jair Bolsonaro, ont porté hier, le vendredi, un coup dur et sévère au président américain Joe Biden en refusant d'assister au Sommet des Amériques prévu le 10 juin à Los Angeles.



Dans une position renforcée également pour le boycott, les présidents de Cuba, du Venezuela et de la Bolivie se sont réunis vendredi à La Havane pour exprimer leur "ferme rejet" de la décision de Washington d'exclure les pays d'Amérique latine du prochain "Sommet des Amériques".



Les médias américains estiment que l'éventuel refus d'assister au Sommet des Amériques à Los Angeles par les présidents du Mexique et du Brésil portera un coup humiliant à leur homologue de Washington, Joe Biden.



L'événement, que l'administration décrit comme une démonstration du leadership américain émergent dans l'hémisphère occidental, menace de nuire gravement à la réputation de la Maison Blanche et pourrait mettre en évidence la faiblesse de Washington dans la région, selon le New York Times.



Le journal souligne qu'un nombre croissant de chefs d'Etats d'Amérique latine et des Caraïbes envisagent un boycott, dont les chefs des deux plus grands pays de la région, le Mexique et le Brésil. Cela menace la Maison Blanche d'un coup humiliant.



Il semble y avoir des inquiétudes quant au fait que plutôt que de mettre en évidence la vision de l'administration Biden d'une partie du monde largement ignorée par l'ancien président Donald Trump, l'événement pourrait révéler la faible capacité de l'Amérique à faire avancer son programme dans la région.



Bien qu'aucune invitation officielle n'ait encore été envoyée, la Maison Blanche a déclaré qu'aucune décision finale n'avait été prise sur qui serait invité. Cependant, certains pays doutent déjà de la manière dont le sommet abordera les défis urgents à un moment où la région peine à se remettre de la brutale récession économique causée par l'épidémie, l'hyperinflation, la dégradation de l'environnement et le démantèlement des institutions démocratiques.



Et les médias américains avaient précédemment rapporté que Washington n'inviterait pas les présidents de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua, et c'est cette décision qui a provoqué les critiques du président du Mexique.



Le New York Times a cité le président mexicain Lopez Obrador disant : « S'il y a des exceptions, si tout le monde n'est pas invité, une délégation du gouvernement mexicain ira, mais je ne le ferai pas personnellement », ce qui signifie qu'il n'assistera pas à ce sommet. .



Se sont également joints à sa position les dirigeants de la Bolivie, du Honduras et d'un groupe de pays des Caraïbes.



Dans une position renforcée pour boycotter le sommet de Los Angeles, les présidents de Cuba, du Venezuela et de la Bolivie se sont réunis vendredi à La Havane pour renforcer le ferme rejet par Washington de la décision de Washington d'exclure les pays d'Amérique latine du prochain "Sommet des Amériques".



"Nous sommes réunis pour discuter et prendre une position très claire sur la réunion qu'ils convoquent à Los Angeles, et le rejet résolu, fort et absolu de la vision impérialiste qui cherche à exclure les peuples des Amériques", a déclaré le président vénézuélien Nicolas Maduro à son arrivée au sommet de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA).



À son tour, le président bolivien Luis Arce a déclaré : "S'ils veulent organiser une réunion d'amis, qu'ils le fassent, mais ils ne pourront pas l'appeler le Sommet des Amériques".



Le président cubain Miguel Diaz-Canel a accueilli ses homologues lors d'un sommet à La Havane qui avait été annoncé mardi.



Auparavant, il avait lancé un tweet décrivant la réunion comme "un sommet d'intégration, de solidarité et de coopération. Un sommet humain est notre sommet". L'ALBA a été créée en 2004 en réponse à la création de la "Zone de libre-échange des Amériques" avec le soutien de Washington, et elle cherche à réaliser l'intégration régionale sans les États-Unis.



Le 18 mai, le président nicaraguayen Daniel Ortega a annoncé qu'il n'était "pas intéressé" à participer au Sommet des Amériques, déclarant : "Je dis aux Yankees, oubliez ça, nous ne sommes pas intéressés à participer à ce sommet".



Plusieurs chefs d'État latino-américains, dont le mexicain, confirment un boycott du Sommet des Amériques si les pays de la région n'y sont pas invités. tandis que



Mercredi, le président cubain a annoncé qu'il ne participerait pas au Sommet des Amériques.



Les États-Unis d'Amérique, en tant que pays hôte, ont indiqué début mai qu'ils n'inviteraient pas le Nicaragua, Cuba et le Venezuela à la neuvième édition du Sommet des chefs d'État et de gouvernement des Amériques, qui doit se tenir en juin 10 à Los Angeles.



Selon une norme américaine bien connue, l'administration du président américain Joe Biden invoque / ce qu'elle a appelé / "l'engagement envers la démocratie" comme facteur clé pour savoir qui est invité et qui ne l'est pas.



L'ALBA comprend le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, la Bolivie, la Dominique, Antigua-et-Barbuda, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Sainte-Lucie, Saint-Christophe-et-Nevis et la Grenade.





A.A.A.



resource : Saba

Whatsapp
Telegram
Print

  more of (L‘agression Américain saoudienne)
Mis a jour le: Dimanche 26 Juin 2022 23:34:07 +0300