Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche
Manifestations de masse au Maroc contre la normalisation avec l'entité sioniste, et une Campagne en ligne pour exiger la libération des détenus palestiniens et jordaniens en ‘Arabie saoudite’

Manifestations de masse au Maroc contre la normalisation avec l'entité sioniste, et une Campagne en ligne pour exiger la libération des détenus palestiniens et jordaniens en ‘Arabie saoudite’

[Mardi 30 Novembre 2021]

SANAA, 29 Nov. (Saba) -  La plupart des villes marocaines ont été témoins, lundi, de manifestations contre la normalisation avec l'entité sioniste occupante, quelques jours après une visite sans précédent du ministre israélien de la Guerre Benny Gantz à Rabat.

 

Et selon ce qui a été rapporté par l'agence de presse Al-Quds hier soir, le "Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation" a appelé plus tôt cette semaine les Marocains à participer à des veillées de protestation pour rejeter la normalisation.

 

Des centaines de juristes et de citoyens marocains ont participé à des activités de protestation dans les villes d'Oujda, Berkane, Benslimane, Beni Mellal et Ouled Taima, tandis que les autorités marocaines ont empêché une manifestation similaire dans la capitale, Rabat.

 

Les manifestants ont scandé des slogans exigeant la fin de la normalisation et le soutien à la cause palestinienne, notamment : « La normalisation est une trahison », « Luttez, vous combattez… contre la normalisation contre Sion » et « Condamnation populaire… les régimes arabes ».

 

Le Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation a déclaré dans un communiqué : Il rejette que « le Maroc devrait être un véhicule pour l'entité sioniste pour réaliser ses projets expansionnistes dans la région du Maghreb ».

 

Le Front a condamné la visite de Gantz à Rabat entre le 23 et le 25 novembre et a exprimé son rejet de toute coopération avec les ennemis du peuple palestinien, qui constitue une menace dévastatrice pour le Maroc et toute la région.

 

A l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le 29 novembre de chaque année, le chef du « Groupe d'action nationale pour la Palestine » Abdel Qader Alami a appelé « le peuple marocain, et tous ses droits civils, de parti, d'union, de droits humains , des forces étudiantes, féminines et médiatiques, d'annoncer une mobilisation générale de longue haleine pour faire face à l'intrusion. » normalisation perturbatrice.

 

Alami a estimé, lors d'une conférence de presse à Rabat, que l'accueil par le Maroc du ministre israélien de la Guerre est une contribution à donner « une légitimité à ses crimes et aux crimes de son entité » contre les peuples de Jérusalem et de Palestine.

 

Il a déclaré : La normalisation avec "Israël" "ne nuit pas seulement à la cause palestinienne, mais menace l'existence du Maroc et vise son intégrité territoriale, la cohésion communautaire, la sécurité et la stabilité".

 

Des militants palestiniens ont lancé hier, le lundi une campagne en ligne sur Twitter et Facebook pour exiger la libération des détenus palestiniens et jordaniens en Arabie saoudite, dont l'ancien représentant du Hamas dans le royaume, "Mohammed Al-Khudari".

 

À cet égard, des militants ont fait circuler des centaines de tweets et de publications en solidarité avec les détenus, appelant à faire pression sur le gouvernement saoudien pour qu'il retire ses peines sévères contre les détenus, dont « Al-Khudari » et son fils.

 

A travers la campagne qu'ils ont lancée sous les hashtags « Liberté pour les détenus palestiniens en Arabie saoudite » et « Liberté pour Al-Khudari », les militants palestiniens ont insisté sur la libération immédiate des détenus et l'arrêt des condamnations injustes à leur encontre.

 

Dans un contexte connexe, la présidente du Conseil genevois des droits et libertés, Lamia Fadla, a écrit sur Twitter : « Personne ne peut justifier l'arrestation, qui est effectuée sans inculpation claire, et le maintien en détention des autorités saoudiennes, Muhammad al-Khudari et des dizaines de Palestiniens, est arbitraire et illégal."

 

De son côté, le responsable de la Commission internationale de soutien aux droits du peuple palestinien, Salah Abdel-Ati, a appelé toutes les parties à œuvrer pour remédier à la crise et aux pressions pour la libération des détenus palestiniens en Arabie saoudite, dont Al-Khudari. .

 

Dans sa déclaration issu Hamas avait apprecié mardi la position declaree hier par le Président algérien sur la continuité de soutenir le droit légitime des palestiniens malgré tout plot international.

 

Le frère d'Al-Khodari, "Abdul Majid" sur Twitter, a également écrit : Nous envoyons un message aux émirs du Qatar et du Koweït, pour qu'ils interviennent et aident à libérer le Dr Muhammad Al-Khudari et son fils, des prisons saoudiennes ; Il était dans le pays légalement et a été arrêté sans aucune accusation, et il souffre d'un cancer et d'autres choses.

 

En février dernier, Amnesty International a confirmé : « Une détérioration s'est produite dans l'état de santé d'Al-Khoudari en raison du manque d'accès complet aux soins médicaux et des mauvaises conditions de détention.

حملة إلكترونية للمطالبة بالإفراج عن المعتقلين الفلسطينيين والأردنيين بالسعودية

Il convient de noter qu'une cour d'appel saoudienne avait décidé le 8 novembre de reporter l'examen des verdicts rendus contre des détenus jordaniens et palestiniens, dont l'ancien représentant du Hamas Al-Khudari.

 

En février 2019, ‘l'Arabie saoudite’ a arrêté plus de 60 Jordaniens et Palestiniens parmi ses résidents ; Sur l'accusation d'« avoir apporté un soutien financier à la résistance palestinienne ». L'Arabie saoudite n'a fait aucun commentaire concernant ces accusations ou demandes de libération des détenus.

 

 

 

A. M.


Ressource : Saba

  more of (L‘agression Américain saoudienne)