Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche
Autosuffisance alimentaire est le titre le plus important de la révolution du Gloire Béni et Éternel  21 septembre : rapport

Autosuffisance alimentaire est le titre le plus important de la révolution du Gloire Béni et Éternel 21 septembre : rapport

[Mardi 21 Septembre 2021]

SANAA, 21 Sept. (Saba) - La révolution du 21 septembre a représenté le point de départ vers l'autosuffisance et la sécurité alimentaire grâce à des plans et des stratégies visant à doubler et à accroître la production agricole et à provoquer une renaissance agricole globale qui assure la satisfaction des besoins alimentaires du peuple yéménite.

 

Après la révolution du 21 septembre, parvenir à l'autosuffisance n'est plus une tâche impossible, en présence d'une direction révolutionnaire sage et d'une volonté politique indépendante qui n'est pas soumise aux diktats des forces de l'hégémonie et de l'arrogance mondiale et de ses institutions internationales, qui pendant des décennies a constitué une pierre d'achoppement face à toute orientation visant à soutenir et encourager la production agricole locale.

 

En réponse à la volonté du régime saoudien et des gouvernements et institutions occidentaux de maintenir le Yémen dépendant de lui, les régimes et gouvernements précédents ont délibérément négligé le secteur agricole, pour faire du Yémen un pays de consommation dépendant des importations en provenance de l'étranger et de l'aide alimentaire fournie par les organisations .

 

Au lieu d'encourager les agriculteurs à produire du blé et des céréales et à exploiter les ingrédients agricoles disponibles dans de nombreux gouvernorats yéménites pour étendre le cycle de production, ces régimes se sont mobilisés pour mettre en œuvre les directives de la Banque mondiale et des pays hégémoniques menés par ‘l'Amérique’ et ‘l'Arabie saoudite’ et leurs des plans de complot visant à maintenir le Yémen un pays dépendant de l'extérieur et incapable d'assurer sa force et sa sécurité alimentaire. Ce qui lui permet de lui ôter sa volonté et d'assurer sa subordination et son asservissement.

 

Les régimes précédents ont adopté la politique de la Banque mondiale par le biais de prêts et de la dépendance vis-à-vis des importations de l'étranger pour les produits agricoles, et abandonnent toute tendance à étendre les projets agricoles stratégiques qui fournissent un stock national de céréales.

 

Mais ces mauvaises politiques se sont rapidement dissipées et se sont estompées dès que la révolution du 21 septembre s'est produite en 2014, dont le titre était le rejet de toutes les formes de tutelle politique ou économique exercées par les forces hégémoniques sur le Yémen, ce qui a incité ces forces à lancer contre le peuple yéménite et lui imposer un blocus terrestre, maritime et aérien pour tenter de faire avorter sa révolution.

 

Malgré les conditions difficiles que traverse le Yémen en raison de l'agression et du siège et de la destruction de ses capacités et de ses infrastructures, le Gouvernement de salut national travaille depuis sa formation à l'élaboration de plans et de stratégies opérationnelles pour les directives et les directives de le chef de la révolution, M. pour le peuple yéménite.

 

L'autosuffisance est devenue un objectif stratégique qui figure au premier plan des programmes nationaux de relance économique et de redressement, lancés par le Conseil politique suprême pour surmonter les effets économiques de l'agression et du siège, et pour contribuer à limiter l'importation de céréales et produits agricoles de l'étranger.

 

Dans ce cadre, le Comité Supérieur de l'Agriculture et de la Pêche a été constitué et le rôle des institutions agricoles a été activé, notamment l'Organisation Générale pour le Développement et la Production des Céréales et l'Organisation Générale pour la Multiplication des Semences Améliorées, et pour encourager la participation et les initiatives communautaires. .

 

Cela est allé au-delà de cette ambition, de développer et d'étendre les activités et initiatives volontaires communautaires sous la supervision et l'encouragement de certaines institutions de développement telles que la Fondation Bonyan, qui se concentre sur la mise en œuvre d'initiatives volontaires dans la mise en œuvre de projets et d'activités agricoles solides et diversifiés dans divers domaines agricoles. dans les gouvernorats.

 

Toutes les énergies ont été consacrées au service du secteur agricole, l'un des secteurs les plus vitaux et les plus prometteurs pour assurer la sécurité alimentaire du peuple yéménite, l'accent étant mis sur la fourniture d'installations aux agriculteurs et de les encourager à développer la culture de divers produits agricoles et cultures. , en particulier différentes céréales alimentaires.

 

Le secteur agricole a reçu l'attention de la direction révolutionnaire, du Conseil politique suprême et du gouvernement représenté par le ministère de l'Agriculture et de l'Irrigation, ainsi que du Comité supérieur de l'agriculture et de la pêche, qui supervise la mise en œuvre des activités et programmes agricoles et d'autres interventions. qui aident à faire progresser le secteur en tant que refuge sûr et important pour la sécurité alimentaire et l'accès aux cultures agricoles à l'autosuffisance.

 

En raison de l'importance du secteur agricole car il représente la pierre angulaire du développement global et de la réalisation de la stabilité économique, de la sécurité alimentaire et de la stabilité sociale, ce secteur a reçu des plans et des programmes dans le cadre de la vision nationale pour la construction de l'État yéménite moderne, dont la première phase a été achevée pour commencer la deuxième phase 2021-2025, qui part des Lignes directrices du Chef de la Révolution pour prendre en charge les secteurs économiques, en particulier le secteur agricole, avec ses deux parties, végétale et animale.

 

Peut-être cette vision est-elle l'une des transformations induites par la révolution du 21 septembre dans l'aspect agricole et la tendance à atteindre la sécurité alimentaire et l'autosuffisance et à développer la culture de diverses cultures, notamment les céréales.

 

Cette révolution a entraîné des tendances et des mouvements agricoles extraordinaires à travers l'intensification des efforts, des activités et des programmes agricoles, et à un rythme soutenu que le ministère de l'Agriculture et de l'Irrigation a suivi dans tous ses bureaux, institutions et organes affiliés, en coordination avec le Haut Commission de l'agriculture et de la pêche.

 

Vulgarisation agricole :

 

En ce qui concerne la vulgarisation agricole, le Ministère de l'agriculture et de l'irrigation et le Comité suprême ont travaillé à mobiliser les efforts et les énergies pour améliorer et activer les programmes de vulgarisation pour les agriculteurs dans divers villages et régions des districts de gouvernorat, qui se sont concentrés sur leur éducation sur les bonnes pratiques et transactions agricoles. qui contribuent à augmenter la productivité, à améliorer la qualité des récoltes agricoles, à améliorer le niveau des revenus et à alléger les souffrances dues à l'agression par la coalition US-saoudienne.

 

Ces programmes comprenaient des journées sur le terrain et des démonstrations pour guider et éduquer les agriculteurs dans le domaine du labour et des services agricoles tels que le désherbage, l'agitation du sol, les semences, l'irrigation, l'élagage, la fertilisation, la lutte contre les parasites des plantes et d'autres services agricoles.

 

Protection de la plante:

 

Le Ministère de l'agriculture, représenté par l'Administration générale de la protection des végétaux, a intensifié les campagnes de contrôle et d'inspection périodiques et inopinées pour inclure la plupart des magasins et magasins de pesticides dans les gouvernorats. Ces campagnes ont contribué à réduire le volume des importations de pesticides et ont œuvré à la lutte contre le phénomène. contrebande de pesticides, qui constitue une menace réelle pour l'environnement et la santé publique.

 

Le ministère a mis l'accent sur les procédures d'octroi des licences d'importation et de circulation des pesticides végétaux, ce qui contribue à réduire leurs risques lorsqu'ils sont utilisés de manière excessive par certains agriculteurs.

 

De grandes quantités de pesticides ont également été saisies et de nombreux envois et envois en provenance du Yémen ont été éliminés et détruits pour protéger les cultures agricoles locales contre les dangers des parasites des plantes qui peuvent entrer avec ces envois, car les mesures de contrôle ont été renforcées à l'usine. points de quarantaine, qui représentent la première ligne de défense contre les organismes nuisibles qui se sont transmis avec des envois de plantes endommagées.

 

Antiparasitaire:

 

Dans le domaine de la lutte, le Centre de lutte et de lutte contre le criquet pèlerin de l'Administration générale de la protection des végétaux a mis en œuvre des campagnes de lutte antiacridienne dans les zones de reproduction estivale et hivernale du pays, ce qui a contribué à réduire les risques, les dommages et les menaces de ce ravageur sur les terres agricoles. cultures, en particulier les céréales et le maïs dans la plaine de Tuhami, qui constitue le panier alimentaire du Yémen.

 

Combattre la désertification :

 

Le Ministère de l'agriculture a intensifié ses activités dans le domaine de la lutte contre la désertification en redynamisant et en réhabilitant plusieurs pépinières d'arbres et de forêts diverses, en inaugurant la plantation d'arbres et en consolidant la culture du boisement comme un comportement civilisé auquel il faut adhérer pour développer l'agriculture et contribuer à lutter contre la désertification et à pallier la pénurie d'arbres due à une exploitation forestière excessive.

 

Bétail:

 

Le secteur de l'élevage a fait l'objet d'une large attention de la part du gouvernement de salut, car plusieurs campagnes de vaccination vétérinaire ont été mises en œuvre contre la PPR, la clavelée et la clavelée, ce qui a contribué à protéger le bétail contre les maladies et les virus qui affectent la productivité et la qualité.

 

Le Ministère de l'agriculture, en coopération avec le Comité suprême et les autorités et institutions concernées, a mis en œuvre des campagnes sur le terrain pour empêcher l'abattage de femelles et de jeunes animaux, et des programmes de contrôle et d'inspection dans les boucheries, les marchés et les abattoirs pour appréhender les contrevenants.

 

Des programmes et activités de sensibilisation ont également été mis en œuvre à travers les médias dans le but d'éduquer les agriculteurs et les éleveurs à ne pas vendre ou abattre les femelles et les jeunes animaux d'une manière qui ne constitue pas une menace pour ce secteur vital et prometteur pour la sécurité alimentaire.

 

Le Yémen est considéré comme autosuffisant en œufs et cherche à encourager l'aviculture et l'investissement dans les fermes avicoles et l'élevage local, ce qui contribue à réduire le volume des factures d'importation de volaille de l'étranger.

 

Stratégies nationales :

 

Le ministère de l'Agriculture et de l'Irrigation a préparé des stratégies nationales pour développer le secteur avicole de 2021 à 2025 dans le but d'augmenter sa productivité de 64 pour cent à 100 pour cent, de renforcer les capacités locales pour répondre aux besoins de production de volaille d'au moins 50 pour cent et d'améliorer le soutien aux services pour augmenter le rendement de la valeur ajoutée des produits de ce secteur.

 

Le ministère est également en train de préparer une stratégie visant à développer la production nationale de miel, et une autre liée au développement de la productivité de la pomme de terre, qui dépend des semences d'une base locale.

 

Caravanes et barrages :

 

La période qui s'est écoulée depuis le déclenchement de la révolution du 21 septembre a vu des interventions qualitatives au début et pendant les saisons agricoles, qui comprenaient la mise en place d'un certain nombre de caravanes, de barrières d'eau et de tétines pour en profiter pour alimenter les réserves d'eau souterraine et atténuer les dommages causés par les pluies torrentielles, en particulier dans les zones reculées, les villages touchés.

 

 

 

A. A. Mohammed


Ressource : Saba

  more of (Enquêtes et reportages)