Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche

Les Yéménites face à l'agression et au siège, l'histoire de la constance et des souffrances sans fin

Les Yéménites face à l'agression et au siège, l'histoire de la constance et des souffrances sans fin

[Jeudi 21 Mai 2020]

SANAA, 21 Mai (SABA) - Les souffrances du peuple yéménite se sont multipliées pendant le mois sacré du Ramadan, à la lumière des répercussions persistantes de l'agression de la coalition saoudo-américaine et du siège imposé par la coalition pour la sixième année consécutive.

 

Les souffrances du peuple du Yémen ne se sont pas limitées à l'aspect économique, privant des centaines de milliers d'employés du secteur public de leurs salaires pour transférer les fonctions de la Banque centrale du Yémen, et l'incapacité de la communauté internationale et des Nations Unies à faire face positivement à cette étape malgré les promesses et les accords répétés signés à leur sujet, mais elle s'est accompagnée de la propagation d'épidémies et de maladies, notamment dans cette période  la pandémie mondiale Corona.

 

Malgré l'espoir auquel le peuple yéménite était attaché, l'Organisation des Nations Unies et les efforts de l'envoyé onusien au Yémen Martin Griffiths pour établir un pont médical pour transporter les patients qui ne pouvaient pas être traités à domicile pour recevoir le traitement nécessaire à l'étranger, cette étape n'a pas été achevée en raison de l'intransigeance des pays d'agression et de ses mesures illégales.

 

La direction révolutionnaire, le Conseil politique suprême et le gouvernement du salut étaient désireux d'améliorer les conditions de vie, après des efforts déployés pour payer les salaires des employés de l'État, les Nations Unies ne se sont pas engagées d’obliger l'autre partie à couvrir le déficit pour payer les salaires.

 

Le gouvernement du salut national a ensuite pris les mesures nécessaires pour payer les salaires des employés de l'État en mettant en œuvre l'initiative du président du Conseil politique suprême concernant l'ouverture d'un compte spécial dans la succursale de la Banque centrale du Yémen dans la province de Hodeidah, à laquelle les revenus des ports d’Hodeidah et d'Al Salif et de Ras Issa sont perçus, pour payer les salaires de tous les employés de l'État, selon la compréhension de Stockholm dans son économie. .

 

À cet égard, le gouvernement a rendu une décision concernant le mécanisme exécutif de l'initiative du Conseil économique suprême, à condition que l'autre partie soit obligée de couvrir le déficit des salaires des employés de l'État dans les secteurs public et mixte, pour remplir les obligations impératives et, à la pointe, le paiement des salaires des employés des unités de l'appareil administratif de l'État.

 

Compte tenu de ces mesures unilatérales de la part du parti national, le gouvernement du salut national et le Comité économique suprême ont adopté une politique de flexibilité pour traiter le dossier économique, fondée sur son sens de la responsabilité d'alléger les souffrances des employés, en particulier à la lumière de l'éclatement de la pandémie de Corona, qui nécessite un grand effort pour aider les familles à répondre à leurs besoins, notamment le paiement des salaires.

 

Les dirigeants dans la capitale Sanaa se sont élargis et se sont efforcés de parvenir à des accords avec l'autre partie concernant le paiement des salaires, y compris la volonté d'autoriser l'Alliance civile à superviser ce qui a été fait dans le compte des salaires, ainsi que ce que l'autre partie a promis de couvrir le déficit salarial, y compris la supervision de payer les salaires des fonctionnaires de l'État conformément aux déclarations de 2014.

 

Par la suite, le Comité économique suprême a publié une déclaration exprimant ses regrets pour le désaveu de l'autre partie et le manque de sérieux des Nations Unies dans la mise en œuvre des obligations, accords et accords antérieurs, concernant la reprise du paiement des salaires aux fonctionnaires conformément aux déclarations de 2014.

 

Le Comité a tenu l'autre partie et la communauté internationale pleinement responsables des souffrances persistantes des employés yéménites, notant les tentatives répétées de sa part d'avancer dans les procédures de paiement des salaires à l'état-major dans toute la géographie nationale, la dernière étant la volonté de déléguer l'une des composantes de la société civile pour gérer et superviser le compte des salaires à la banque centrale du Yémen à Hodeidah dans le cas où l'autre partie couvrirait le déficit pour payer les salaires des fonctionnaires selon les déclarations de 2014, ce qui reflète la tendance réelle et la gravité et la volonté de mettre en œuvre l'accord.

 

Le comité a déclaré: "Tous ces efforts ont abouti à une impasse, en raison de l'intransigeance de l'autre partie et de son indifférence aux souffrances des employés de l'État, et en raison de l'approche du mois sacré du Ramadan, le ministère des Finances reprendra la dépense de la moitié du salaire, à partir du dimanche 19 avril 2020, et il utilisera les revenus collectés dans le compte de l'initiative salariale à la Banque centrale  du Yémen de Hodeidah au 31 mars 2020 pour contribuer à couvrir le coût de la moitié du salaire.

 

Le gouvernement s’est précipitéfe au début de cette année pour lancer les programmes exécutifs nationaux pour la reprise économique et la reprise, la première étape 2020 dans le cadre de la vision nationale pour la construction de l'État yéménite moderne, que les économistes ont considéré comme un tournant et le titre de l'étape actuelle.

 

Lors de l'inauguration, le président du Conseil politique suprême a annoncé un ensemble de décisions, y compris le paiement régulier d'un demi-salaire aux employés de l'État tous les deux mois, et pour l'employé discipliné on doit lui accorder le privilège de dépenser son salaire sur une base mensuelle régulière.

 


Ressource : SABA

  more of (L‘agression saoudienne contre le Yémen)