Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche

Corporation yéménite des ports de la mer Rouge .. un front économique solide face à l'agression par la coalition

Corporation yéménite des ports de la mer Rouge .. un front économique solide face à l'agression par la coalition

[Vendredi 03 Avril 2020]

Rapport édité par Ibrahim Al-Roni et traduit par Ahmed Al-Mutawakel

SANAA, 3 Avril (SABA) - Cinq ans d'agression par la coalition US-saoudienne, de blocus, de mise à mort et de destruction d'infrastructures, y compris le secteur des transports et en particulier le secteur maritime, représentés par Corporation yéménite des ports de la mer Rouge, qui opère avec un professionnalisme et une impartialité complets pour répondre aux besoins fondamentaux des aliments, des médicaments et des dérivés du pétrole.

 

L'agression de l'agression a visé l'établissement et ses ports (Hodeidah, Mukha, Al-Salif et Ras Issa) dans une agression systématique qui démontre une grande haine pour les emplacements stratégiques qui jouissent d'une importance économique et d'investissement sur les lignes de navigation maritime dans ses divers domaines vitaux, en particulier ceux commerciaux qui parcourent la mer à l'est et à l'ouest avec des importations et des exportations de tous types de marchandises, ainsi que des marchandises commerciales.

 

 

 

 

Le ministère des Transports a révélé l'ampleur des dommages et pertes directs et indirects subis par la Société et ses ports à la suite de l'agression et du siège sur une période de cinq ans, selon les premiers indicateurs, qui s'élevaient à plus de 955 millions et 886 mille dollars.

 

Le rapport du ministère, dont l'agence de presse yéménite (Saba) en a reçu copie, indique que le coût estimé des dommages et pertes directs et indirects dans le port du terminal à conteneurs de Hodeidah est de 809 millions et 458 milliers de dollars, et dans le port de Mukha dans le gouvernorat de Taiz de 126 millions et 9 mille dollars, alors qu'il atteignait le port de Salif et celui de Ras Issa 20 Un million et 418 mille dollars.

 

Le rapport indiquait que les graves dommages au port de Hodeidah étaient la sortie du terminal à conteneurs pour recevoir les porte-conteneurs commerciaux, la destruction des ponts roulants, des générateurs électriques, des équipements de maintenance, des hangars et des appareils, et le ciblage du curseur des revenus qui pénètre dans les navires et d'autres technologies importantes dans le travail et l'exploitation du port.

 

La force aérienne d'agression a également visé le port de Mukha, causant des dommages au trottoir et la destruction du lanceur de lancement, puis son occupation par les forces d'agression émiriennes.

 

L'avion d'agression visait le stationnement de camions et de locomotives dans le champ pétrolifère de Ras Issa, ce qui a entraîné la mort d'au moins 15 travailleurs, la blessure de 14 autres et l'installation pétrolière du port qui contenait de grandes quantités de diesel et en raison du feu a subi d'énormes pertes dans les équipements de l'installation et un certain nombre de pétroliers.

 

Le PDG de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge, Mohamed Issac, a affirmé que la Société, avec ses ports maritimes détenus et supervisés par elle, est un pilier essentiel et central de l'économie nationale, car elle alimente diverses régions du pays avec des importations de matériaux de base et d'approvisionnement, avec environ 70% des importations qui atteignent ses ports, ce qui rend l'intention et le désir urgents pour les pays de la coalition d'agression d’imposer un siège étouffant à ses ports puis un ciblage direct afin de stopper son activité et l'empêcher de fournir ses différents services.

 

 

 

 

Il a souligné la multiplicité des crimes et violations d'agression sur les ports de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge, à commencer par le blocus de ses ports depuis le 26 mars 2015, et les obstructions et pratiques arbitraires qui l'accompagnent sur les navires arrivant sur une période de cinq ans au cours de laquelle les pays d'agression se sont davantage concentrés sur les porte-conteneurs en raison de l'importance qu'ils représentaient, étant donné que la plupart des denrées alimentaires et des médicaments y arrive, y compris les récipients réfrigérés.

 

Isaac a indiqué que les définitions juridiques de l'agression et de l'imposition d'un blocus aux ports d'un État ou à ses côtes par les forces armées d'un autre pays conformément à l'article (25) et (28) de la Charte de Rome et à ses amendements établis pour la Cour pénale internationale en 2010, le processus de blocus économique injuste et de famine des peuples en empêchant l'arrivée de leurs besoins en nourriture, en médicaments, en dérivés pétroliers et autres besoins et en empêchant l'acheminement de l'aide humanitaire et des secours aux civils sont des crimes de guerre du premier degré et non soumis à un délai de prescription, indépendamment de ses justifications et causes est essentiellement une violation du droit international humanitaire.

 

Selon les dispositions du deuxième paragraphe du premier article du Protocole de Genève de 1977, le ciblage direct des établissements économiques et des ports maritimes commerciaux, qui sont la pierre angulaire et le pilier de base de l'État et permettant à toute personne de maintenir sa stabilité et d'empêcher leur effondrement, sont des crimes de guerre du premier degré et ne relèvent pas du délai de prescription.

 

Isaac a souligné que le blocus a causé et continue d'être un problème financier pour la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge, le commerçant et l'importateur d'une part, et le citoyen d'autre part, en raison des prix élevés de nombreux produits alimentaires et pharmaceutiques.

Il a souligné qu'il importait que les Nations Unies jouent un rôle plus important dans l'exploitation des ports de la mer Rouge et facilitent l'entrée et l'inspection des navires humanitaires et commerciaux à l'intérieur de ceux-ci au lieu des procédures d'inspection à Djibouti, en particulier après que l'équipe nationale du Comité de coordination du redéploiement ait rempli ses obligations au cours de la première phase du processus de redéploiement dans les ports de Hodeidah, Al-Salif et Ras Issa.

 

Le président de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge a également souligné la nécessité d'accélérer la fourniture des ports avec leurs besoins nécessaires en projets et en équipements de base, en appliquant le mécanisme de vérification et d'inspection et en fournissant leurs exigences procédurales, logistiques et techniques communes conformément à l'accord de Stockholm pour Hodeidah, qui contribue à faciliter l'entrée des navires d'aide alimentaire et médicale et des marchandises commerciales pour atténuer la grande tragédie vécue par le peuple yéménite en raison de l'agression et du siège.

 

Concernant les solutions et alternatives adoptées par la direction de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge pour assurer le fonctionnement du port de Hodeidah, Issac a déclaré: "Les travailleurs et les employés de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge ont fait de grands efforts pour continuer à fonctionner, et la direction de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge a pris des mesures urgentes pour surmonter les effets de l'agression et redémarrer le port de Hodeidah en un temps record après qu'il a été soumis à un ciblage direct et à une destruction systématique.", à mesure qu'elle entamait la mise en œuvre de solutions urgentes dans les aspects opérationnels, administratifs et financiers, l'accent était davantage mis sur les aspects techniques et opérationnels et sur la garantie d'un niveau minimum de préparation opérationnelle pour assurer l'arrivée des secours dans toutes les provinces.

 

Le président de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge a expliqué qu'en ciblant l'agression du terminal à conteneurs dans le port et en le détruisant et en le laissant complètement hors service, le port a perdu plus de 60% de sa capacité opérationnelle totale et son activité est tombée à son plus bas niveau.

 

Cela a entraîné des dommages matériels et des pertes directs et indirects qu'elle a subis et continue de subir, et la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge et le port de Hodeidah en particulier en souffrent.

 

 

 

Il a déclaré que le ciblage de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge a pour effet d'arrêter la mise en œuvre des projets de travaux et de développement de ses ports, tels que le projet de développement du port de Hodeidah et le projet de développement du port de Mukha, que la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge était sur le point de mettre en œuvre en 2015 après avoir parcouru un long chemin dans leurs procédures de mise en œuvre au cours des années 2012-2014 et d'obtenir le financement en plus d'arrêter la mise en œuvre des plans, projets, programmes exécutifs annuels et projets de maintenance dans le but de protéger les machines et l'équipement contre les dommages.

 

"En raison du blocus et de l'insistance des pays d'agression à empêcher l'importation des pièces détachées nécessaires au processus de maintenance, des dommages matériels et des pertes ont été causés à ces mécanismes et équipements, en plus du ciblage direct des ports de la Corporation yéménite des ports de la mer Rouge et du blocus maritime suffocant et de l'arrêt et de la rareté de l'arrivée de diverses importations qui en résulte", a-t-il déclaré. Cela a touché directement la vie vivante des citoyens, la perte de travailleurs et d'employés de l'institution et de ses différents ports, et les travailleurs de chargement et de déchargement au terminal à conteneurs, ainsi que les travailleurs de chargement et de déchargement au port de Mukha.

 

Il a ajouté que cela a également conduit à l'arrêt et à la rareté de l'arrivée des importations et à l'arrêt du travail dans de nombreux secteurs industriels et de services qui absorbent des milliers de main-d'œuvre, les empêchant de travailler et de rejoindre la plate-forme de chômage, sans parler de la diminution de l'activité commerciale, de la diminution du volume des revenus et de la prévention de l'arrivée de médicaments, qui arrivent généralement dans des conteneurs et empêchent l'arrivée de fournitures et solutions médicales, en particulier des médicaments pour les patients atteints de maladies cardiaques, de cancer, d'insuffisance rénale, de sucre et d'autres choses, qui ont conduit à des taux de mortalité élevés et à la propagation de nombreuses maladies, en raison du ciblage et du blocus continu des ports et empêchant l'entrée de navires de dérivés du pétrole de temps en temps Le courant est coupé, les appareils médicaux ont cessé de fonctionner et de nombreux patients, en particulier ceux atteints de maladies chroniques, sont décédés.

 

Issac a souligné que l'autre défi auquel était confronté l'establishment, ainsi que les dommages causés par l'agression à ses ports et l'arrêt de la plupart de ses mécanismes et équipements, sont dans son cadre humain et tentent de le préserver et de renforcer l'esprit de responsabilité nationale qu'il a pour garantir que l'institution et ses ports continuent de fonctionner à la lumière des conditions exceptionnelles actuelles que traverse le pays.

 

Il a souligné que le port de Hodeidah joue son rôle humanitaire et de secours conformément aux lois et normes internationales, et qu'il est conforme au système de sécurité des ports internationaux (ISPS) et que les navires qui y sont arrivés sont soumis aux procédures de contrôle des Nations Unies (UNVIM).


Ressource : SABA

  more of (Enquêtes et reportages)