Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche

Prisonniers.. Géants de la patience ...

Prisonniers.. Géants de la patience ...

[Dimanche 24 Novembre 2019]

ٍٍِSANAA, 24 Nov. (SABA) - Les prisons de Hodeidah, Mansoura, Khor Maksar et Bir Ahmed, dans la province d'Aden, racontent les récits de torture, de flagellation, de brûlures, d'étourdissements, de famine et de négligence….

 

 C'est l'histoire d'un prisonnier caché, d'un autre mort de torture, et le troisieme libéré et  a raconté son histoire dans les (tombeaux des quartiers).

 Son histoire a commencée dans un prison dans le camp de « Shiib des Djinns » et a fini par être transféré dans quatre prisons, la dernière étant la prison de Bir Ahmed à Aden.

Mohammed Al-Rimi

Un jeune homme de 20 ans du district d'Al-Heima, situé

à l'ouest de la capitale Sanaa à une distance de  90 km, qui port le nom Mohmmed Abdu Mohammad Saleh Al-Rimi, , s'est rendu sur le front de la côte ouest en septembre 2015 pour rejoindre les rangs de l'armée et des comités populaires sur le front tranquille où les affrontements n'ont pas encore commencé.

 

 Mohammad s'est entraîné pendant deux mois et demi au combat, après quoi le vent de la confrontation stagnante sur le front calme a frappé pour devenir le combat le plus brûlant dans les lignes de batailles avec des mercenaires.

 

Les forces de la soi-disant (légitimité) ont rapidement assiégé et encerclé la chaîne de montagnes (Shiib des djinns) où Mahomet et ses collègues

Le siège dura trois jours consécutifs, accompagné de raids sur le camp, causant des blessures et le martyre d'un certain nombre de camarades d'armes.

 

Des pièges ...?

 

Les bombardements ont causé des blessures et leurs collègues ont décidé de les aider dans l'espoir de survivre.

  Ils les ont transportés et ont commencé leur aventure dans un vaste désert qui les a obligés à marcher trois kilomètres plus tard, quelques heures plus tard, plusieurs véhicules blindés ont menacé les héros, qui se sont blessés au bord du désert, surpris par les balles tirées au hasard, certains d’entre eux sont tombé martyrisés, d'autres gravement blessés.

Sur les fronts de combat, les options de vie s'épuisent devant la mort et Mohammed al-Rimi n'a pas tardé à porter sur son dos Ammar Suwar, son ami d'enfance et compagnon.

 

Il s'est levé pour l'aider parce que ses blessures étaient affaissées par des éclats d'obus dans le cou, provoqués par des frappes aériennes sur le camp.

 Tout le monde partageait la tâche de sauver leurs camarades blessés dans un désert désolé, dévorant les visiteurs avec plusieurs options de mort, et leur capture était une déclaration de mort possible.

 

Après un barrage de balles et l'exécution délibérée de prisonniers par des mercenaires, certains des blessés et des personnes immédiatement sauvées ont été martyrisés.

 

Les autres ont été transférés dans une prison du village de Suqaya, dans la province de Hodeidah, qui a accusé un certain nombre de blessés pour négligence de la part des gardiens de prison qui ont refusé de transférer les blessés pour qu'ils soient soignés dans l'hôpital le plus proche.

Les responsables de la prison ont confirmé aux prisonniers que les dirigeants de la coalition d'agression avaient refusé de les aider.

Selon le droit international humanitaire, le droit religieux et les principes moraux, un détenu est défini comme toute personne, qu'elle soit combattante ou non, qui a été arrêtée par des forces qui lui sont hostiles pendant ou immédiatement après un conflit armé et qui jouit de droits tels que l'absence de poursuites, l'absence de torture et un traitement médical complet, en plus d’informer le Comité international de la Croix-Rouge pour surveiller son état de santé, contacter ses proches et le traiter humainement depuis son arrestation jusqu'à sa libération et son droit à la nourriture, au respect et à l'habillement.

Mohmmed et son ami Ammar Siwar

Les épopées héroïques se répètent sur les champs debataille, où Mohamed al-Rimi a continué à s'occuper d'Ammar en prison malgré son état désespéré et les autorités de la prison lui ont permis de rester avec son ami jusqu'à ce qu'il leur dise quand il est décédé.

 

 Ammar a dormi sur le bras de son ami dans l'attente de la mort et a continué à faire signe à Mohammad jusqu'à ce qu'il soit rassuré sur le fait qu'il partageait encore ses souffrances en prison et ses souvenirs.

 

À son tour, Mohammed regarda Ammar, qui attendait un beau destin pour une nouvelle vie, avait été donné à son ami au milieu de la cohue de la mort.

 

 

La semaine de l'angoisse et de la peur de Muhammad avec ses repas quotidiens Finalement, Ammar murmura à Mohammed Rafiq son enfance et son destin et commença progressivement à se rétablir, puis devint l'histoire de la captivité à propos du miracle de l'évasion de la bouche de la mort.

 

Inconnu ...?

 

Le voyage des prisonniers a commencé sur une route inconnue avec Muhammad et ses 33 collègues.

Ils ont été transférés après trois mois passés dans la prison du village de Saqaya dans une école transformée en une "prison" à Mansoura, dans le province d'Aden.

 

 Les conditions humanitaires dans la prison étaient pires que dans la précédente, où Muhammad et ses deux compagnons étaient restés six mois.

Ils ont été sévèrement battus, soumis à des travaux forcés, punis de rester debout pendant une demi-journée sous le soleil, à des interrogatoires incessants, à une guerre psychologique, à des tentatives de modification de la doctrine militaire et à la menace d'une liquidation physique, en particulier depuis que les prisonniers jusqu'à cette prison ont été cachés de force.

 

Les souffrances sont aggravées par la brutalité de la prison où la négligence de l'hygiène et de ses outils par les responsables de prison et le manque de vêtements propres ainsi que la nature de la zone chaude ont conduit à la propagation de maladies de la peau parmi les prisonniers.

 

Les plaies des blessés ont été infectées, tandis que les responsables de la prison les ont délibérément frappées avec des bâtons, aggravant ainsi leur état de santé déplorable et leur état de santé se détériorant.

Faim raconte son histoire: l'administration pénitentiaire a désavoué les droits les plus élémentaires des prisonniers en matière de nourriture et ne leur a fourni qu'un seul repas par jour, parfois de la nourriture.

Entre empêcher la nourriture, la faim et la torture dans les prisons de la mort.

 

Troisième station ..?

 

Une nouvelle station de torture dans la prison de Khor Maksar et le début de la souffrance des coups, des actes d'intimidation et de la séparation sélective,

 

Les prisonniers de l'armée et les comités populaires ont été séparés dans une prison.

 Les derniers soldats des forces de sécurité centrales et les combattants des gouvernorats de Saada, Amran et Hajja ont été capturés dans une autre cellule de la prison.

Prison de Bir Ahmad 

Avec la colère du vengeur, les mercenaires exécutaient rapidement les prisonniers chaque fois que les héros de l'armée et les comités remportaient une victoire sur le terrain dans les combats, où les corps de trois officiers de la Sécurité centrale étaient mutilés avec des tanks, en plus du meurtre d'un des prisonniers par soupçon de relations étroites entre lui et l'un des chefs de l'armée et le meurtre d'un groupe d'officiers.

 

 

Ils sont passés par là et se sont installés ici dans la prison de Bir Ahmed, où la mort est connue.

 

 Ce qui est nouveau dans leur parcours, c'est que les noms de Mohammed  et de ses compagnons ont rejoint les listes de prisonniers et ne sont plus cachés.

Prison de Bir Ahmed, prison «Al-Wahsh», dans laquelle des rapports sur les droits de l'homme ont critiqué les conditions inhumaines des prisonniers et révélé les différentes méthodes de torture qui se terminent par la mort du prisonnier ou son handicap mental et physique.

La prison comprend un grand nombre de prisonniers de tous les fronts de combats (ISIS, Al-Qaida, prisonniers d'opinion, disparitions forcées, opposants et citoyens).

 

Les murs de la prison ont assiégé la liberté de Mahommed pendant deux ans à Bir Ahmed, où le supplice était différent des prisons précédentes.

 

 Des prisonniers de l'armée et des comités populaires ont été combinés à des prisonniers de Daesh dans une prison, ce qui a provoqué des bagarres et des combats sanglants entre les deux parties jusqu'à ce qu'une rébellion se produise dans la prison à un moment où les prisonniers de l'armée et des comités ont exigé leur séparation de Daesh.

 Cela a incité les responsables de la prison à placer les prisonniers en isolement cellulaire pendant plus de deux mois, puis à décider de faire une grève de la faim jusqu'à leur séparation de lSIS.

 

 

Des moments volés ont permis à Mohammed de rencontrer un certain nombre de détenus, prisonniers et prisonniers, où ils lui ont raconté des histoires de torture dans la salle des "pressions" de la soi-disant cascade  Shalal Shaia, qui torture tous ses opposants, une pièce très étroite où le prisonnier ne peut ni se déplacer ni faire attention et reste debout pendant plusieurs jours et où de nombreux prisonniers sont morts Où l'intensité de la chaleur et de l'épuisement.

 

La salle "Rêves " est la plus brutale, utilisée pour la torture physique et les pratiques immorales sur les détenus opposés à l'occupation émiratie et aux dirigeants du sud.

Les agents le tourment?

 

Cela Al-Boubakri, Yasser Al-Haddi et Mohammed Al-Malikha, les tortionnaires et les noms qui continuaient à torturer les prisonniers dans les quatre prisons, en oubliant l'unité de la religion, de la patrie et de l'identité, et en torturant les prisonniers avec un sadisme ne reconnaissant pas les droits du prisonnier.

 

 

Certaines organisations ont pu atteindre les prisonniers à Bir Ahmed et les rencontrer, écouter leur plainte et rassurer leurs familles, ce qui a soulagé les souffrances des prisonniers et leur a fourni des vêtements propres.

Eid al-Fitr était un jour heureux et prudent pour les prisonniers après que la Croix-Rouge internationale leur ait distribué des vêtements propres qui les renvoyaient dans la joie.

 

Le prisonnier est séparé du monde et assume le rôle de calendrier,  Mohammed Al-Rimi se souvient de l'histoire de la captivité, du passage de prison en prison, de la grève de la faim, de l'isolement cellulaire et de la longue journée d'attente dans laquelle il a été confirmé que la sortie des prisonniers ferait l'objet d'un échange.

 

La mise en œuvre de l'accord et l'arrivée des prisonniers à Hubailin dans la province de Lahj, mais les dirigeants de la coalition d'agression décidèrent de contrecarrer et d'arrêter l'échange, menacèrent de bombarder les prisonniers et renvoyèrent tout le monde dans leurs prisons dans l'espoir d'un accord de liberté attendu.

 

Les agents pénitentiaires donnaient de l’espoir aux prisonniers avec un accord d’échange dans les coulisses des négociations, préparant et fermant les portes de la joie tous les mois, tous les jours et tous les ans.

 

 

Pour la fermeté de ses héros et prisonniers "géants de la patience" Oubliez leur brutalité dans la prison d'adhérer à l'amour de Dieu et de lire le Coran.

 

Le jour du Ramadan 21 était la date de la libération des prisonniers Mohammad Al-Rimi et Ammar Soar et de leurs camarades dans un accord d'échange de prisonniers qui mettait fin à trois ans et dix mois de souffrance dans les prisons de l'agonie.

 Les prisonniers libérés rejoignent plus de 7 000 prisonniers libérés par les deux parties lors de 300 échanges, selon le président du Comité national pour les affaires des prisonniers, Abdul Qader Al-Mortada.

 

Mohammed Al-Rimi souhaite la liberté à tous les prisonniers et pense que les maladies chroniques causées par l'ostéoporose, des sensations thoraciques et des douleurs aux articulations et à la mâchoire ne font pas mal, comme la brutalité carcérale et la brutalité du geôlier, accompagnées de cauchemars dans son sommeil et de souvenirs troublés dans son journal intime.

 

  

Un dernier chapitre est encore dans l'histoire de Mohammed, un jeune homme qui va bientôt se marier, un prisonnier têtu qui revient au bruit des batailles sur le front et un combattant ponté qui décide qu'il ne reviendra plus enchaîner la prison.

 

Mohammed a raconté l'histoire des héros captifs qui avaient attendu et creusé l'histoire avec ses souvenirs de sang dans le mur de la prison lors du calcul et de l'enregistrement du temps, des jours et des heures, qui consistait uniquement à surveiller les dates d'agonie et d'espoir de Mohammed.

Edité par Nasim Al-Ridha traduit par Ahmed Al-Mutawakel


Ressource : SABA

  more of (Enquêtes et reportages)