Agence de Presse Yéménite (SABA)
          Recherche

Les épidémies et les maladies menacent la vie de dizaines des personnes à Al Jarrahi à Hodeïda

Les épidémies et les maladies menacent la vie de dizaines des personnes à Al Jarrahi à Hodeïda

[Lundi 11 Novembre 2019]

 

 

SANA'A,  11 Nov. (Saba) - La dengue et le paludisme menacent la vie de dizaines de personnes  du district d'Al-Jarahi dans la province de Hodeïda en raison de l'agression et du siège qui ont causé la plus grande catastrophe sanitaire au Yémen.

 

La souffrance augmente de jour en jour à cause de maladies et d'épidémies, en particulier de la dengue et du paludisme, qui ont tué de nombreux citoyens, en particulier des enfants dans les provinces de Hodeïda,  Saada, Hajjah et Rima.

 

Le district d'Al Jarrahi, dans la province de Hodeïda, est actuellement atteinte de la dengue et du paludisme, ce qui accroît la souffrance de ses enfants, en particulier face à l'escalade de l'agression et à ses effets causés par la détérioration de la santé et le manque des médicaments.

 

Le ministère de la Santé publique et de la Population a ordonné à l'hôpital général Al Thawra de Hodeïda d'envoyer deux équipes médicales au district d'al-Jarrahi chargée de diagnostiquer et de traiter les cas de la dengue et du paludisme, ainsi que d'examiner les porteurs à l'origine de la maladie.

 

Selon les résultats de l'équipe médicale composée de la Commission et du Centre de médecine tropicale et de maladies infectieuses, 407 cas ont été examinés et diagnostiqués, les résultats positifs de la dengue ayant augmenté de 23,81% et ceux du paludisme de 28,57%.

 

Les résultats ont montré que le pourcentage des personnes souffrant de la dengue et du paludisme atteignait 52,38% des cas examinés et diagnostiqués, et que la proportion des cas de complications hémorragiques était de 4,76% et de complications pulmonaires de 4,76%, tandis que les cas de malnutrition avec la fièvre de la dengue a atteint 4,76%.

 

Selon le rapport de l'équipe médicale, la proportion de complications liées à la ville de Hodeïda et à la ville de Zabid a atteint 14,29%, enfants   moins de cinq ans.

 

Les résultats des travaux de l'équipe chargée d'étudier les vecteurs de la maladie ont montré que l'indice des maisons infectées par le porteur de la dengue était de 100% et la protection de l'eau de 96%.

 

L'eau stagnante, les pots ouverts et les étangs accumulant de l'eau sont la principale cause des moustiques qui transmettent le paludisme et la dengue.

 

Le ministère de la Santé publique et de la Population s'attache à lutter contre les maladies et les épidémies. Des dispositions sont prises pour sensibiliser le public aux épidémies et aux maladies infectieuses et informer les paroissiens de la prévention et de la réduction de leur propagation dans les médias, dans les prédicateurs de mosquées, dans les écoles et les universités.

 

Dans une interview accordée à l'Agence de presse yéménite (Saba), le ministre de la Santé publique et de la Population, le Dr Taha Al Mutawakel, l’importance de soutenir les efforts officiels pour lutter contre les maladies et les épidémies, en particulier le choléra, le paludisme et la dengue.

 

Il a souligné que la situation épidémique au Yémen nécessite encore de nombreuses actions à tous les niveaux, en particulier face à l'agression et au siège en cours.

 

Le ministre de la Santé a expliqué que la situation sanitaire se détériorait chaque année, malgré les efforts importants déployés par le ministère et les efforts en cours sur le terrain et le soutien des partenaires des organisations, même si l'ampleur de la catastrophe et les besoins n'étaient pas satisfaits.

 

Il a réaffirmé l’importance de la coordination entre les ministères de la santé, de l’eau, de l’environnement, du travail, de l’agriculture, de l’information, du matériel, de l’éducation, de l’administration locale et des autorités locales dans les gouvernorats pour lutter contre les maladies infectieuses, élaborer des solutions aux problèmes et élaborer  un plan d’urgence pour limiter leur propagation.

 

Il a appelé les citoyens, en particulier ceux des gouvernorats de Hodeïda et du Hajj, à travailler avec des équipes de pulvérisation pour lutter contre le paludisme, lutter contre la dengue et combler les marécages où se multiplient les moustiques.

 

Il convient de noter qu'au Yémen, en 2018, du fait de l'agression persistante, du siège et de la propagation des épidémies et des maladies, une situation catastrophique prévalait chez les enfants, le ministère de la Santé enregistrant 203 297 enfants infectés par le paludisme.

 

Le gouvernorat de Hodeïda s'est classé premier, suivi des gouvernorats de  Hajjah et Taïz, tandis que le rapport de l'ONU publié en septembre 2018 indique que toutes les 10 minutes, un enfant meurt de malnutrition ou d'autres maladies.

La même année, les cas de la dengue atteignaient 3 813 cas, Hodeïda, Taïz et Abyan étant les plus touchés par cette épidémie, et 1 477 cas de méningite, la plupart dans le gouvernorat de Taïz et dans la capitale, Sanaa.

 

Pendant près de cinq ans, les Yéménites ont été victimes d'une agression injustifiée et de la destruction systématique d'infrastructures.

 

Y compris le secteur de la santé visé par la Coalition agressive, qui a laissé une situation sanitaire catastrophique qui a obligé les citoyens à s'inquiéter de la peur de la mort causée par des bombardements ou des maladies mortelles.


  more of (Enquêtes et reportages)